Accéder au contenu principal
FOOTBALL - LIGUE DES CHAMPIONS

La Juventus, fragilisée, reçoit le Real Madrid

3 min

Mardi soir lors de la 3e journée de la Ligue des champions, la Juventus, qui n'a plus gagné un match depuis un mois, affronte le Real Madrid, qui, à l'inverse, se déplace à Turin fort de sept succès au cours de ses huit dernières rencontres.

Publicité

Dans un groupe où les deux autres équipes - le Zenit Saint-Pétersbourg et le BATE Borisov - évoluent un ton en-dessous, ce match n'est pas forcément décisif. Mais, à n'en pas douter, l'éventuel vainqueur effectuera un grand pas vers la qualification pour les huitièmes.

A l'inverse du championnat, où elle a dégringolé à la 12e place après deux nuls puis deux défaites - la dernière en date samedi à Naples (2-1) -, la Juventus demeure encore dans le bon tempo en Ligue des champions après avoir vaincu le Zenit (1-0) et fait match nul face au BATE (2-2), à Minsk.

Toutefois, en ces temps de disette - la dernière victoire remonte au 21 septembre -, le Real, qui a gagné contre les deux clubs de l'Est (BATE 2-0, Zenit 1-2), s'annonce comme un morceau particulièrement indigeste.

Face à la meilleure attaque de Liga (20 buts après sept journées) conduite par Van Nistelrooy et ses 59 buts en Coupes d'Europe, les Turinois risquent déjà de souffrir en défense, un secteur où leurs erreurs, au marquage et à la relance, ont permis aux Napolitains de marquer leurs deux buts, samedi.

Heureusement pour eux, Legrottaglie, qui était blessé, devrait faire son retour dans l'axe auprès de Chiellini, imité par le milieu récupérateur Sissoko, qui était pour sa part suspendu.

"Elan"

"C'est évidemment un des matches les plus attendus de la saison, a assuré lundi le capitaine Del Piero. Objectivement, notre adversaire est en meilleure condition que nous. Mais ce n'est pas une confrontation à élimination directe, ce qui fait toute la différence."

"Nous vivons un moment délicat, au cours duquel nous devons faire face à de gros obstacles. Mais une victoire sur le Real nous redonnerait sans aucun doute de l'élan", a-t-il continué, rappelant cependant: "Mais nos adversaires sont mieux que nous, notamment au niveau des absences".

Le souci majeur des Bianconeri, c'est en effet que trop de joueurs, et non des moindres, sont sur le flanc, notamment le gardien Buffon, les milieux Zanetti, Poulsen et Camoranesi (sans compter l'attaquant Trezeguet, qui ne reviendra pas avant 2009).

Dans ces conditions, les deux seuls représentants sur pied de la "vieille garde", Nedved et Del Piero, voient leurs responsabilités accrues.

Le club madrilène, 2e ex aequo de Liga (5 victoires, 1 nul et 1 défaite lors de la 1re journée), n'a pas autant de soucis, même si deux milieux d'importance, Diarra et Guti, sont forfaits. En revanche, le rapide attaquant Robben effectue son retour après une blessure musculaire.

Samedi, les Merengue se sont en tout cas mis dans de bonnes dispositions en remportant le derby contre l'Atletico (1-2) grâce à un but de Van Nistelrooy dès la première minute, puis à un penalty transformé dans les derniers instants par Higuain (90+7).

Un derby brûlant, c'est également ce qui attend la Juventus samedi face au Torino. Assurément, elle l'aborderait de la meilleure des manières en battant le Real.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.