Accéder au contenu principal

L'Opep réduit sa production d'un million et demi de barils par jour

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a décidé de réduire sa production de pétrole d'un million et demi de barils par jour, au terme d'une réunion d'urgence de ses 13 pays membres à Vienne.

Publicité

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a décidé de réduire nettement son offre de 1,5 million de barils par jour, pour tenter d'enrayer la chute des prix pétroliers en pleine crise financière internationale.

L'Opep va "réduire sa production de 1,5 million de barils par jour" (mbj) à partir du 1er novembre, a annoncé le ministre saoudien et chef de file du cartel, Ali al-Nouaïmi à l'issue d'une très brève réunion d'urgence à Vienne.

Les 11 pays membres de l'Opep soumis au système des quotas (l'Irak en est exclu) vont donc réduire leur cible de production commune de 28,8 mbj actuellement à 27,3 mbj.

Le ministre algérien du pétrole, Chakib Khelil, actuel président de l'Opep, a souligné que la baisse n'était pas "seulement de 1,5 mbj" mais de "1,8 mbj" d'ici "la fin de l'année" car "300.000 barils/jour sont déjà en train d'être" retirés du marché par les pays membres.

Lors de la conférence de presse de clôture, il a précisé qu'une autre "réunion était possible avant celle prévue le 17 décembre" à Oran (Algérie), si nécessaire.

Les ministres s'étaient réunis en réaction à la chute des prix du pétrole, qui ont perdu plus de la moitié de leur valeur depuis leur record de 147,50 dollars le 11 juillet.

Cependant le baril a continué sa dégringolade après l'annonce de l'Opep: il perdait près de 5 dollars vers 12H00 GMT après être tombé à un nouveau plus bas niveau depuis un an et demi à 61 dollars à Londres, dans la foulée d'une panique des marchés boursiers.

Le marché "craint que la baisse ne soit pas suffisante pour compenser le ralentissement de la demande", a commenté Peter Fertig, analyste de Dresdner Kleinwort.

La baisse de production de l'Opep sera répartie entre les pays membres en fonction de leur niveau de production. L'Arabie saoudite y contribue ainsi à hauteur de 466.000 barils/jour.

"La crise financière a déjà un impact manifeste sur l'économie mondiale, réduisant la demande d'énergie en général et de pétrole en particulier", justifie l'Opep dans son communiqué.

L'effondrement "sans précédent" des cours du brut "met en danger l'existance de nombreux projets pétroliers" et "pourrait causer des pénuries d'offre à moyen-terme", précise-t-il.

Selon Chakib Khelil, les membres du cartel soumis aux quotas vont se montrer disciplinés et appliqueront la baisse promise, même si cela doit, dans l'immédiat, réduire leurs revenus pétroliers, car sans cela "les prix baisseront à des niveaux encore plus bas".

Mais le cartel ne s'est fixé ni fourchette ni cible de prix à défendre, toujours selon son président.

Pour David Kirch, de PFC Energy, certains pays veulent officieusement défendre un seuil de 100 dollars, d'autres de 80 dollars, 50 dollars étant "inacceptable" pour tous.

L'Opep fait face à "son plus gros défi", selon l'analyste, depuis la crise asiatique de 1997, lorsqu'après qu'elle eut tardé à baisser sa production le prix du baril s'était effondré à moins de 10 dollars. Actuellement elle doit stopper la chute des prix pétroliers sans aggraver pour ses clients, les pays consommateurs, l'impact de la crise financière la plus grave depuis 1929.

L'Agence internationale de l'Energie, qui défend les intérêts énergétiques des pays consommateurs, a espéré que la décision de l'Opep n'allait pas "exacerber ce qui est déjà une situation très fragile de l'économie mondiale".

Il reste à voir, selon l'AIE quels pays vont réellement "couper de combien" leur production.

Si tous les ministres étaient d'accord sur le principe d'une baisse, les "durs" du cartel, Iran et Libye en tête, souhaitaient une coupe massive de deux millions de barils jour, les modérés hésitaient à accepter plus de 1 mbj.

Ils ont donc opté pour une solution médiane.

Dans une première réaction à Londres, le Premier ministre Gordon Brown s'est dit "déçu" de la décision de l'Opep en rappelant, cité par son porte-parole, que les choix du cartel "ont un rôle crucial à jouer dans la relance de l'économie mondiale".
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.