Accéder au contenu principal
FOOTBALL - LIGUE 1

Marseille reçoit son meilleur ennemi et peut dépasser Lyon

Texte par : REUTERS
3 min

Le "clasico" de la Ligue 1 française, Marseille contre le Paris Saint-Germain, se double d'un enjeu supplémentaire pour les Phocéens qui, en cas de victoire, peuvent devenir premier du championnat après le nul de Lyon samedi soir.

Publicité

L'Olympique de Marseille a beau évoquer l'ambiance apaisée entourant la réception du Paris Saint-Germain dimanche, il entend transformer ce "clasico" de la Ligue 1 en match du rachat.

"Aujourd'hui, les relations se sont normalisées entre les deux clubs. Inutile d'en rajouter", a assuré Pape Diouf, le président marseillais. "On ne ressent plus cette forte animosité, cette haine qui régissait les relations entre les deux clubs."

Reste qu'à Marseille, la défaite 2-0 mercredi sur la pelouse du PSV Eindhoven a du mal à passer.

Ce revers a non seulement réduit à peau de chagrin les chances de qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions. Il a surtout fortement déplu aux dirigeants marseillais par sa forme.

 
"Nous avons été trop pacifiques. Dans un combat de coqs, nous n'avons été que des poussins", a regretté Pape Diouf.

"Mais j'ai confiance, l'équipe saura répondre face au PSG. Il ne faut pas perdre ce match-là", a-t-il prévenu avant une rencontre qui se déroulera à guichets fermés.

Seule équipe encore invaincue en L1, Marseille veut retrouver les qualités mentales et techniques qui lui ont fait défaut sur la scène européenne.

 

 
PAS LE MÊME PARIS

 
"Ce match tombe après une défaite en Ligue des Champions mais il vient aussi après une série de matches en championnat où l'on reste invaincu. Ce très bon début d'exercice nous donne encore plus l'envie de continuer sur cette lancée", a rassuré le capitaine de l'OM, Lorik Cana.

 
Pour l'ancien joueur parisien, la venue du PSG est l'occasion idéale pour faire oublier les déboires de l'équipe marseillaise sur le front européen.

"C'est un match qui suscite la passion et la ferveur populaire, ici à Marseille. Peu importe le classement des deux équipes, peu importe ce qui l'a précédé, ce match garde une place à part dans le calendrier", a poursuivi Cana.

 
Au lendemain de la défaite marseillaise aux Pays-Bas, le PSG a entamé la phase de poule de la Coupe de l'UEFA par un cinglant revers à Schalke (1-3).

Contrairement aux Marseillais, les Parisiens assurent que cette défaite ne les a guère affectés. Ils avaient envoyé en Allemagne une équipe fortement remaniée et rajeunie.

 
Ils abordent aussi le déplacement en Provence dans un état d'esprit différent des années précédentes. Après avoir lutté contre la relégation ces deux dernières saisons, le PSG navigue pour l'instant dans des eaux plus calmes, à cinq points de Marseille.

"On est averti que ce n'est pas le même Paris que l'an passé. Ils ont de nouvelles ambitions", a prévenu l'entraîneur marseillais Eric Gerets, qui ne doute pourtant pas d'un succès à domicile de son groupe.

"Je sais que l'on va gagner dimanche. J'espère que le niveau sera celui d'un bon match de Coupe d'Europe", a-t-il prédit.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.