Accéder au contenu principal

Les candidats jouent leur va-tout dans les États-clés

Engagés dans la dernière ligne droite avant le scrutin, le républicain McCain et le démocrate Obama s'affrontent dans les États indécis, où, selon les derniers sondages, l'écart entre les deux candidats semble se resserrer.

Publicité

Lire aussi notre dossier: "Tout sur la présidentielle américaine"


Et notre reportage : "De nombreux cols bleus comptent voter pour Obama"

 

Ainsi que les "Carnets de route aux Etats-Unis" de nos envoyées spéciales


 

Pennsylvanie - A deux jours de l'élection américaine, les partisans du candidat républicain John McCain gardent espoir et refusent de se laisser abattre par les sondages annonciateurs de mauvaises nouvelles.

 

Certains, pour se rassurer, préfèrent même ignorer les enquêtes d'opinion qui continuent de donner Barack Obama en tête au niveau national et dans de nombreux Etats indécis où se jouera le sort de l'élection, mardi.

 

"Je ne crois pas les sondages, pour vous dire la vérité. Je reste optimiste", déclarait samedi Pam Heminger à l'occasion d'un meeting à Springfield, en Virginie.

 

D'autres pensent même que les sondages sont biaisés, à l'instar de certains médias qu'ils jugent partiaux dans la dernière ligne droite de la campagne.

 

"Je ne fais pas attention aux sondages. Je pense qu'ils sont conçus pour influer sur les émotions des gens", affirme Jan Ogle.

 

Jim Gilmore, candidat républicain au Sénat en Virginie, a fait écho à ce sentiment répandu au sein de la base du parti lors d'un meeting en compagnie de McCain, à Newport News.

 

"Les sondages ont été conçus pour décourager nos électeurs de se rendre aux urnes", a déclaré Gilmore, qui accuse près de 30 points de retard sur son rival démocrate Mark Warner. "Nous n'allons pas laisser cela se passer."

 

Obama continue de faire la course en tête. D'après le site internet Real Clear Politics, qui compile des sondages, le sénateur de l'Illinois est crédité d'une avance de 6,8 points sur McCain au niveau national.

 

Mais les conseillers du candidat républicain assure qu'il est en train de combler son retard. McCain, lui-même, ne semble pas se laisser décourager par ces prédictions.

 

"Les experts ont écrit que nous étions finis comme ils l'ont déjà fait de nombreuses fois avant. Que Dieu les bénisse !", a déclaré McCain à Newport News. "Nous avons quelques points de retard mais nous remontons."

 

Tous ses partisans ne semblent pas en être si sûrs. Genevieve Godlewsky, une retraitée du New Jersey, préfère s'en remettre à la prière pour empêcher une victoire d'Obama, qui transformera selon elle les Etats-Unis en un pays marxiste.

 

"S'il vous plaît, nous ne voulons pas tomber en esclavage. Sainte Mère de Dieu, bénis nous, aide nous. Je suis très inquiète."

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.