Accéder au contenu principal

Les jeunes Américains se lèvent pour Obama

Selon des estimations, deux jeunes Américains sur trois ont voté pour Barack Obama lors de l'élection américaine de 2008. Après deux mandats de George W. Bush, être jeune et démocrate est devenu plus cool que jamais.

PUBLICITÉ

Retrouvez aussi le Carnet de campagne de Marie Valla en cliquant ici.


Au lendemain de la victoire historique d'Obama qui devient le premier président noir de l'histoire des Etats-Unis, difficile de mettre la main sur un journal, sur le campus de l'Université In Tempe en Arizona.

 

"J'en cherche un avec la photo d'Obama au milieu de la foule, l'Arizona Republic ou le New York Times, mais je ne les trouve nulle part", déplore George Dias, un doctorant en sociologie de 37 ans.

 

Cette soudaine pénurie de journaux est l'un des indicateurs de l'enthousiasme avec lequel les jeunes Américains ont suivi les élections, cette année. Ils ont non seulement fait preuve d'une conscience civique toute nouvelle vu le taux de participation record, mais ils ont aussi clairement affirmé leur préférence pour Obama et sa promesse de changement.

 

Des estimations du Centre d'information et de recherches sur l'apprentissage et l'engagement civique (Circle) montrent que 22 millions d'Américains, âgés de 18 à 29 ans, se sont rendus aux urnes, soit une augmentation de 2,2 millions du nombre d'électeurs de cette tranche d'âge en comparaison avec l'élection présidentielle de 2004. La participation des jeunes pourrait donc se situer entre 49,3 % et 54,5 %, soit une augmentation de six points par rapport aux chiffres du Circle de 2004.

 

"Nous allons devenir des adultes et les actifs de demain", déclare Amy. En votant, "on s'assure que le président a nos intérêts à l'esprit".

 

Obama, le favori des jeunes

 

La victoire d’Obama a été de toutes les conversations, en cette journée. “La différence, c’est que les gens ont des opinions plus affirmées ce matin qu’avant l’élection", observe Mitch Ross, un étudiant en microbiologie de 21 ans, alors qu’il lit le journal de l’école devant le local syndical des étudiants. Ceux qui ont voté Obama se sentent gratifiés, mais les supporters du candidat républicain John McCain sont amers, explique-t-il.

 

Mitch Ross est l’un de ceux qui ont voté McCain, en partie parce qu’il ne voulait pas choisir Obama "simplement parce qu’il est différent de la norme". Mais la majorité des jeunes Américains n’ont pas voté de la sorte. Selon Circle, 66 % d’entre eux ont préféré Obama contre 32 % pour McCain, alors que sur la population, toutes tranches d’âges confondues, ce ratio et de 52 % contre 46 %. Pour Circle, cette différence de comportement électoral relativement à la tranche d’âge est une première.

 

"Selon les sondages, on attendait des résultats plus serrés entre les deux candidats", remarque Brett Moser qui a organisé le vote en tant que membre de l’association MoveOn.org, une association politique de l’université d’Arizona. Pour lui, "c’est parce que les sondages n’ont pas réussi à refléter le vote des jeunes". Les sondeurs prennent contact via des lignes de téléphones fixes, que de nombreux jeunes ont abandonné pour n’utiliser que des portables.

 

Un écart technologique

 

Étudiante en psychologie de 22 ans, Kat Consador explique que depuis le début de la campagne, le camp Obama a bénéficié d’un avantage en terme de technologie qui lui a permis de cibler les jeunes.

 

Les démocrates ont pu atteindre les jeunes à électeurs au travers des réseaux de socialisation comme Facebook. Ils ont également utilisé Internet, MSN et consorts, et diffusé des pub sur MTV. "McCain n’a pas su tirer profit de cela", ajoute-t-elle.

 

Wil Westhom, chef de l’antenne des jeunes républicains de l’Arizona basée à Tucson, rappelle cependant : "Nous avons de bons arguments. Mais de manière générale, reconnaît-il, les démocrates s’en sortent mieux que les républicains pour ce qui est d’utiliser les nouvelles technologies."

 

Mais cet usage de la technologie n’est pas le seul facteur qui fait la différence entre les deux candidats. Pour Westholm, leur capacité à distiller des phrases marquantes a été décisive. "Le message d’Obama en faveur du changement est devenu comme un mot à la mode. Les gens ont pu y associer tout ce qu’ils voulaient parce c’était positif."

 

Il remarque que la campagne républicaine a quant à elle décollé peu après qu’ils aient fait appel à "Joe le Plombier". "Le message était clairement identifiable", ajoute-t-il. Joe Wurzelbacher, un homme originaire de l’Ohio qui voulait acheter une affaire de plomberie, est devenu le symbole de la peur sur laquelle les républicains se sont appuyés devant les promesses d’Obama de mieux redistribuer les richesses.

 

Les jeunes républicains contre une génération de "pourris gâtés"

 

Ce n’est peut-être pas très cool d’être un jeune républicain ces derniers temps, mais certains membres enthousiastes du parti comme Meg Meisner, 24 ans, sont fiers de rejeter ce que d’autres trouvent à la mode. "Le défi, c’est d’amener les jeunes à comprendre que vouloir le changement, c’est comme chercher à perdre du poids", analyse-t-elle, ironisant sur une génération de “pourris gâtés” qui attend que le gouvernement lui présente tout sur un plateau d’argent, sans avoir à travailler pour cela. "Le seul moyen, ce n’est pas de prendre des pilules amaigrissantes, mais de faire de l’exercice tout en mangeant sainement", conclut-elle.

 

Meg Meisner doit jongler entre un job d’agent d’assurance et ces études d’infirmière. En plus de cela, elle donne en ce moment un coup de main à son père dont l’usine de charpenterie a été durement touchée par la crise.

 

L’idée que les jeunes puissent préférer un candidat sur la base de son âge et non de son expérience la déconcerte, au vu des épreuves que traverse le pays. "Quand j’ai un problème, je vais chercher un conseil auprès de mes aînés, non de mes amis", note-t-elle. "Obama a dit qu’il demandait des conseils à sa grand-mère. Alors pourquoi pas moi ?"
 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.