Accéder au contenu principal

Au moins dix morts dans l'effondrement d'une école

Le premier étage d'une école accueillant, habituellement, plus de 700 élèves, s'est effondré à Pétion-ville, dans un bidonville de la banlieue de Port-au Prince, en Haïti. Un premier bilan fait état d'une dizaine de morts au moins.

Publicité

Plus d'une dizaine de personnes sont mortes vendredi dans l'effondrement d'une école accueillant habituellement 700 enfants à Pétion-ville dans un bidonville de la banlieue de Port-au-Prince à Haïti, et les secours s'activaient pour extraire les dizaines de blessés.

"Il y a beaucoup d'écoliers encore sous les décombres, et parmi les morts se trouvent des personnes vivant dans le voisinage de l'école", a déclaré à l'AFP Gary Desrosiers, porte-parole de la police.

Le premier étage de cet établissement, qui compte trois niveaux, s'est effondré aux environs de 10H00 (15H00 GMT) vendredi et "a entraîné le reste du bâtiment alors que les élèves étaient en classe", a témoigné une femme visiblement affolée, accourue sur les lieux pour s'enquérir du sort de son enfant scolarisé dans l'école.

Les corps des premières victimes ont été placés dans un bâtiment intact jouxtant l'école et recouverts de draps. Certains d'entre eux avaient les membres brisés, a constaté un journaliste de l'AFP.

Sur place, on entendait beaucoup de pleurs, de cris de détresse provenant des personnes coincées sous les décombres et des parents bouleversés dans l'attente de nouvelles. Une mère effondrée, Marie Flore, a expliqué qu'elle était sans nouvelle de ses trois enfants.

"Toute l'école s'est effondrée sur les enfants et au téléphone on peut entendre beaucoup d'enfants pleurer, pleurer et dire +celui-là est mort, un autre est mort+", a rapporté Michaele Gédéon, présidente de la Croix-Rouge haïtienne, interrogée sur la chaîne américaine CNN. "Les nombreux sauveteurs tentent de calmer les enfants" et "de les sortir des décombres", a-t-elle ajouté.

"Ils étaient dans leurs classes, et on dit... que 700 enfants sont scolarisés dans cette école", a ajouté Mme Gédéon, estimant qu'il devait y avoir "beaucoup d'enfants" à l'heure où s'est produit l'accident.

"Nous ne connaissons pas le nombre de victimes à cette heure mais il pourrait être très élevé", a ajouté Alex Claudon, de la Croix rouge internationale, également sur CNN.

L'établissement "La Promesse", sous la direction d'un pasteur, accueille des enfants de 3 à 20 ans en grande majorité issus du bidonville. Coincée entre les maisons du quartier, la construction en dur s'élevait sur deux étages, tandis qu'un troisième étage était en construction.

"Cette construction ne répondait pas aux normes. Nous allons demander au ministère de l'Education de faire une inspection de toutes les écoles construites dans ces conditions là", a indiqué à l'AFP le sénateur Yvon Bissereth, responsable de la commission Education au Parlement, qui s'est rendu sur place.

Outre l'école, au moins 5 maisons situées à proximité se sont effondrées totalement ou partiellement, sans que l'on sache encore pourquoi.

Quelques heures après l'accident, des dizaines d'enfants, grièvement blessés, avaient été évacués en ambulance vers les hôpitaux et les centres de santé les plus proches.

Munis de pelles, les sauveteurs de la Croix-Rouge, de la mission de l'ONU, de Médecins sans frontière et de la police haïtienne, ainsi que des gendarmes français, étaient à pied d'oeuvre pour tenter de sortir les survivants des décombres.

A l'aide d'un hélicoptère, les Casques bleus ont tenté de soulever la masse de béton qui s'est effondrée, sans succès. Des engins de travaux publics se trouvaient sur place pour tenter aussi de dégager les décombres.

"On a besoin de brancardiers pour déplacer les corps, c'est dramatique!", a expliqué à l'AFP un secouriste français, sous le couvert de l'anonymat.

Le ministre haïtien de la Santé ainsi que la maire de Pétion-ville, Lydie Parent, se sont rendus sur place.

Haïti est le pays le plus pauvre du continent américain. Il a été frappé récemment par une série d'ouragans meurtriers.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.