Accéder au contenu principal
BANQUE

Natixis conteste avoir perdu 975 millions d'euros en octobre

Texte par : AFP
2 min

La banque d'investissement française Natixis a démenti les informations de "La Tribune" qui font état de 975 millions d'euros de pertes en octobre. La banque les évalue à 250 millions d'euros.

Publicité

Natixis, filiale de banque d'investissement commune aux groupes Banque Populaire et Caisse d'Epargne, a démenti mercredi avoir perdu "un milliard d'euros" lors d'opérations de marché en octobre comme l'affirme La Tribune, tout en reconnaissant une perte inférieure.

"Natixis tient à démentir l’existence d’une perte d’un milliard d’euros, (...) au titre des activités de marché du mois d’octobre", indique la banque dans un communiqué.

La banque évalue à environ 250 millions d’euros ses pertes en octobre, en raison d'un marché "extrêmement difficile, sans précédent connu pour ses activités" et "sans qu’aucun dysfonctionnement puisse être invoqué", ajoute le communiqué.

A ce chiffre s'ajoutent "250 millions d'euros environ" de provisions passées le même mois pour prendre en compte les risques liés à la crise financière.

Dans son édition de mercredi, la Tribune affirme que la banque a perdu 975 millions d'euros en octobre lors d'opérations sur des marchés d'action pour "compte propre" mais également sur des marchés de taux et de change.

Cette perte pourrait "perturber" le rapprochement en cours entre Banques populaires et Caisse d'Epargne, selon la Tribune.

"L'histoire ne dit pas si, comme pour la CNCE (Caisse d'Epargne, ndlr), la responsabilité directe de ce trou financier est à mettre au compte d'une poignée de traders en contravention avec les règles fixées par la hiérarchie", écrit le quotidien.

La Caisse d'Epargne avait annoncé le 17 octobre des pertes de 600 millions d'euros (réévaluées depuis à 751 millions d'euros) dans des opérations de marché, provoquant le départ de certains de ses dirigeants et la mise en examen d'un trader pour "abus de confiance".

Natixis a été durement touchée par la crise des prêts hypothécaires à risque ("subprime") et a perdu 73% de sa valeur en Bourse depuis le début de l'année.

Mercredi vers 09H18, le titre décrochait de 8,65% à la Bourse de Paris, à 1,90 euro, dans un marché en hausse de 2,05%.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.