Accéder au contenu principal

La Corée du Sud veut envoyer des militaires dans le Golfe d'Aden

Après l'attaque d'un supertanker par des pirates dans l'océan Indien, des responsables politiques sud-coréens ont annoncé qu'il souhaitaient envoyer une force militaire dans le Golfe d'Aden pour protéger leurs navires commerciaux.

Publicité

Un supertanker saoudien chargé de brut est tombé entre les mains de pirates lundi en plein océan Indien et faisait route vers la Somalie, une attaque qui marque une nouvelle escalade dans cette zone devenue particulièrement périlleuse pour la marine marchande.

"D'après le dernier rapport que nous avons, le navire est en train de s'approcher du port d'Eyl" sur la côte nord de la Somalie, a déclaré à l'AFP une porte-parole de la Ve Flotte américaine, basée à Bahreïn.

La porte-parole, jointe par téléphone de Dubaï, a laissé entendre clairement que le superpétrolier avait été saisi par des pirates somaliens. Selon elle, la route du navire ne faisait que confirmer la région d'origine des assaillants.

Elle n'a par ailleurs par confirmé une information de la chaîne de télévision à capitaux saoudiens Al-Arabiya qui avait annoncé, citant "une source saoudienne" non identifiée, la fin de l'acte de piraterie.

Mais la télévision, basée à Dubaï, a ensuite adopté un ton plus prudent en parlant d'informations contradictoires sur le sort du navire.

Le Sirius Star, qui appartient au géant pétrolier saoudien Aramco et qui bat pavillon libérien, a été attaqué lundi à plus de 450 milles nautiques (800 km) au sud-est de Mombasa au Kenya, selon la Ve Flotte.

L'attaque s'est produite en très haute haute mer dans l'océan Indien, bien loin du golfe d'Aden et de la mer d'Arabie où se sont multipliés les actes de piraterie attribués à des hommes armés basés en Somalie, pays livré au chaos depuis le début d'une guerre civile en 1991.

Son équipage est composé de 25 membres, dont des ressortissants de Grande-Bretagne, de Croatie, de Pologne, d'Arabie saoudite et des Philippines. Le navire de 318.000 tonnes a été lancé cette année.

L'opérateur du Sirius Star, la compagnie Vela International, a indiqué dans un communiqué que le navire était chargé de brut, précisant qu'il avait été saisi dimanche et non lundi comme l'avait annoncé la Ve Flotte.

"Tous les membres d'équipage au nombre de 25 sont saints et saufs", a indiqué la compagnie basée à Dubaï, ajoutant avoir formé une cellule de crise qui travaille à la libération des membres d'équipage et du navire.

Cette attaque intervient alors que les actes de piraterie au large de la Somalie ont atteint un niveau record depuis le début de l'année.

Au moins 83 bateaux étrangers ont été attaqués par des pirates somaliens dans l'océan Indien et le golfe d'Aden cette année, le double du bilan de 2007, selon le Bureau maritime international.

Dimanche, des pirates somaliens ont détourné au large du golfe d'Aden un cargo japonais, tandis qu'un chimiquier japonais et ses marins, otages depuis six mois, ont été libérés et qu'un patrouilleur russe a mis en fuite des pirates qui tentaient de prendre d'assaut un navire saoudien.

Des pirates retiennent notamment depuis le 25 septembre un cargo ukrainien, le Faina, chargé de chars.

Le Conseil de sécurité de l'ONU avait adopté le 2 juin une résolution permettant à des navires de guerre de traquer des pirates dans les eaux somaliennes considérées comme les plus dangereuses du monde.

De son côté, l'Union européenne a approuvé le 10 novembre la première opération navale de son histoire pour lutter contre la piraterie dans cette zone.

L'Eunavfor, la force navale chargée de cette opération, sera composée d'au moins sept navires et bénéficiera de l'appui d'avions de patrouille maritime.

Les Etats-Unis et certains de leurs alliés occidentaux maintiennent une présence navale au large de la Somalie.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.