Accéder au contenu principal
GÉNÉTIQUE - HISTOIRE

La tombe de Copernic localisée grâce à son ADN

Texte par : AFP
3 min

Des chercheurs ont démontré grâce à l'ADN de deux cheveux et d'une dent que des restes trouvés en Pologne sont ceux de Nicolas Copernic. La tombe du célèbre astronome du XVe siècle était recherchée depuis près de 200 ans.

Publicité

L'étude du code ADN de deux cheveux et d'une dent ont permis à des chercheurs polonais et suédois d'obtenir la certitude que les restes trouvés en 2005 à Frombork (nord de la Pologne) sont bien ceux de l'astronome Nicolas Copernic.

L'auteur de la théorie héliocentrique au XVIe siècle, Nicolas Copernic, est né à Torun (nord de la Pologne) en 1473. Il est mort 70 ans plus tard à Frombork, mais jusqu'à présent on ignorait l'endroit où l'astronome fut enterré, ainsi que la date exacte de sa mort.

A l'occasion de fouilles dans la cathédrale de Frombork en 2005, le professeur Jerzy Gassowski, de l'Institut polonais d'anthropologie et d'archéologie de Pultusk (centre), avait découvert un crâne et quelques ossements qu'il a attribués avec "une grande probabilité" à Copernic.

"Désormais nous avons la certitude que le crâne découvert à Frombork est celui de Nicolas Copernic", a déclaré jeudi à la presse M. Gassowski, présentant les résultats des dernières recherches.

Ces recherches ont permis de trouver des cheveux qui auraient pu être ceux de Copernic, et de comparer leur code ADN à celui des restes de Frombork.

Ce matériel génétique précieux a été mis au jour dans le livre Calendarium Romanum Magnum de Johannes Stoeffler daté de 1518, un manuel que Copernic avait utilisé pendant sa vie et qui avait été emporté par les Suédois au cours de guerres polono-suédoises au XVIIe siècle.

"Deux des 12 cheveux retrouvés dans ce manuel ont les mêmes séquences de génome que celles d'une dent provenant du crâne et qu'un os retrouvés à Frombork", a précisé Marie Allen, de l'Université d'Uppsala.

Depuis deux cents ans, des chercheurs polonais, français et allemands ont en vain tenté de trouver la tombe de Copernic, a rappelé M. Gassowski.

"Quand l'évêque de Frombork m'a demandé de reprendre les recherches, j'ai été très sceptique. La tâche me paraissait impossible. Des centaines de restes sont enterrés dans la cathédrale de Frombork", a-t-il ajouté.

Copernic fut à la fin de sa vie un des chanoines de la cathédrale et avait la garde de l'autel de Saint-André (aujourd'hui de la Sainte Croix).

C'est la thèse d'un historien, selon laquelle Copernic a dû être enterré près de l'autel dont il avait la garde, qui a permis de délimiter le champ des fouilles.

Les restes de 13 corps ont été retrouvés, dont un crâne d'un homme septuagénaire, or Copernic est mort à l'âge de 70 ans.

Le crâne a été transféré au laboratoire de la police à Varsovie, qui a procédé à des reconstructions virtuelles pour reconstituer le visage de l'homme.

Les résultats de la reconstruction ont ensuite été comparés aux portraits existants de Nicolas Copernic et ont fait apparaître des ressemblances.

Copernic, contrairement à la théorie géocentrique de Ptolémée, élabora sa théorie héliocentrique qui fait état du double mouvement des planètes, sur elles-mêmes et autour du Soleil.

Son oeuvre la plus célèbre, à l'origine de la révolution scientifique du XVIIe siècle, De revolutionibus orbium caelestium (De la révolution des orbes célestes), fut publiée quelques jours avant sa mort, puis condamnée par le pape Paul V en 1616 comme contraire aux Ecritures.

"Nous allons pouvoir édifier la tombe de Copernic dans la cathédrale, pour rappeler ce personnage illustre de l'histoire", a déclaré jeudi l'évêque de Frombork, Mgr Jacek Jezierski.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.