Accéder au contenu principal
DUBAÏ

L'impudique couple britannique échappe à la prison

Texte par : AFP
2 min

Les deux Britanniques qui ont été condamnés à trois mois de prison pour avoir eu des relations sexuelles hors mariage sur une plage publique de Dubaï ont vu leur peine suspendue en appel. Le couple sera toutefois expulsé de l'émirat.

Publicité

Une Cour d'appel de Dubaï a suspendu mardi une peine de prison de trois mois prononcée contre un couple de Britanniques pour avoir eu des relations sexuelles hors mariage sur une plage publique, et ils doivent être expulsés du pays, a indiqué leur avocat.

"La peine de trois mois de prison a été suspendue", a indiqué un juge de la Cour d'appel en lisant le verdict.

L'avocat des deux Britanniques, Hassan Matar, a indiqué à l'AFP que la Cour d'appel a maintenu l'amende contre les deux Britanniques mais que ces derniers allaient être déportés.

"La partie du jugement concernant l'expulsion reste valide", a précisé Me Matar, ajoutant: "Il ne reste qu'à accomplir quelques procédures routinières pour régler le départ" des deux personnes qui étaient en liberté sous caution.

Les deux prévenus ne sont pas apparus devant le tribunal mardi.

En première instance, un tribunal de Dubaï avait condamné le 16 octobre Michelle Palmer, 37 ans, et Vince Acors, 34 ans à trois mois de prison pour avoir eu des relations sexuelles hors mariage sur une plage publique et à une amende de 1.000 dirhams (272 dollars) chacun pour consommation d'alcool.

Michelle Palmer, responsable d'une maison d'édition à Dubaï, qui a été licenciée après le début de l'affaire, et Vince Acors, en visite dans l'émirat, ont été accusés d'avoir eu des relations sexuelles le 5 juillet sur une plage publique après avoir consommé de l'alcool.

Les relations sexuelles hors mariage sont interdites dans l'émirat.

Le 12 août, Michelle Palmer avait nié avoir eu des relations sexuelles avec son compagnon mais admis l'avoir "embrassé et pris dans les bras", selon la presse locale. M. Acors avait aussi nié avoir eu des relations sexuelles avec Mme Palmer, mais un représentant du parquet avait souligné qu'il avait d'abord admis les faits avant de se rétracter.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.