Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Melinda Gates à France 24 : "La philanthropie ne peut pas se substituer aux États"

En savoir plus

FOCUS

La réforme des retraites, fer de lance de l'opposition russe

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Les câbles sous-marins, enjeux stratégiques de la communication

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Helle Thorning-Schmidt : "Les guerres modernes visent les enfants"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Un peuple et son roi" : quand grande et petite histoire s'entremêlent

En savoir plus

FACE À FACE

Manuel Valls candidat à Barcelone : un pari osé ?

En savoir plus

L’invité du jour

Bassma Kodmani : "Assad, un jour, rendra compte pour ses crimes"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

États-Unis : la hausse des taux, un risque pour l'économie ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Jair Bolsonaro : vers "un retour de la dictature au Brésil" ?

En savoir plus

Amériques

La Havane, dernière étape de la tournée de Medvedev

Dernière modification : 28/11/2008

Dmitri Medvedev a été accueilli, jeudi, à Cuba, dernière étape de sa tournée latino-américaine destinée à renforcer l'influence russe dans la région. Il s'agit de la première visite d'un chef de l'État russe à La Havane depuis huit ans.

AFP - Le président russe Dmitri Medvedev est arrivé jeudi à Cuba pour une visite de travail de moins de 24 heures, dernière étape d'une tournée destinée à renforcer la présence russe en Amérique latine.

Premier président russe à visiter l'île communiste depuis huit ans, M. Medvedev a été accueilli à 15h50 (20h50 GMT) à l'aéroport de La Havane par un vice-président cubain, Ricardo Cabrisas, et par le ministre des Affaires étrangères Felipe Perez Roque, a constaté un journaliste de l'AFP.

Il arrivait du Venezuela, où il a inauguré de manière symbolique avec son homologue et chef de file de la gauche "anti-impérialiste" en Amérique latine, Hugo Chavez, des manoeuvres navales inédites entre les flottes des deux pays. Il avait auparavant effectué des visites au Pérou puis au Brésil.

A La Havane, M. Medvedev devait avoir en fin de journée un "entretien privé" d'environ une demi-heure avec son homologue Raul Castro, rencontre qui devait ensuite être élargie aux membres des délégations des deux pays, selon un communiqué officiel cubain.

Le chef d'Etat russe devait ensuite se rendre dans la Vieille Havane pour visiter l'église orthodoxe russe Notre-Dame de Kazan, la première de cette confession sur l'île communiste, qui avait été inaugurée en octobre dernier.

Parmi la délégation russe figurent le ministre de l'Energie Sergueï Chmatko, le directeur du Service fédéral de contrôle technico-militaire, Mikhaïl Dmitriev, le chef de l'Agence spatiale Anatoly Terminov, et celui de l'Agence du Tourisme, Anatoly Iarochkine.

La Russie a intensifié ces derniers temps les relations avec le Venezuela et de Cuba, deux bêtes noires de Washington, dans un contexte de tensions avec Américains sur leur projet d'installer un bouclier antimissile en Europe de l'Est, l'ancien pré carré de l'URSS.

Au Venezuela, sept accords de coopération, dont un portant sur le développement de l'énergie nucléaire civile au Venezuela, ont été signés durant la visite mercredi et jeudi de M. Medvedev, la première d'un chef d'Etat russe dans ce pays.

La Russie est le dixième partenaire commercial de Cuba, avec des échanges commerciaux de 363 millions de dollars en 2007 et qui pourraient atteindre cette année 400 M USD.

Moscou a approuvé au début du mois un crédit de 20 millions de dollars à La Havane pour l'achat d'équipements russes dans les secteurs du pétrole, des mines et des transports.

Il y a quelques années, la Russie a décidé de mettre de côté toute négociation sur l'épineuse question de la dette cubaine contractée du temps de l'URSS, soit plus de 20 milliards de dollars selon Moscou, et accepté de restructurer une dette de 162 millions de dollars contractée par Cuba depuis la chute de l'URSS en 1991.

Les relations entre les deux capitales, très étroites à l'époque de la guerre froide, s'étaient détériorées après la chute de l'URSS, qui avait entraîné une grave crise économique à Cuba.

Première publication : 27/11/2008