MÉDIAS - LIBÉRATION

La cour d'appel de Paris réclame des explications dans l'affaire Filippis

Jean-Claude Magendie, premier président de la cour d'appel de Paris, demande des éclaircissements sur l'interpellation de Vittorio de Filippis. L'ex-directeur de la publication de Libération estime avoir été "traité comme un criminel".

Publicité

AFP - Le premier président de la cour d'appel de Paris, Jean-Claude Magendie, a demandé lundi des explications sur les conditions dans lesquelles a été délivré et appliqué le mandat d'amener de l'ex-directeur de la publication de Libération, Vittorio de Filippis, selon une source judiciaire.

"Le premier président a demandé au coordinateur des chambres de l'instruction d'obtenir toute précision utile sur les conditions qui ont entouré la délivrance du mandat d'amener et sur ses modalités d'exécution", a-t-on affirmé à la première présidence.

La chambre de l'instruction est une formation de la cour d'appel qui examine les recours contre les décisions rendues par le juge d'instruction et contrôle leur régularité.

Dans ce cas précis, il s'agit d'un acte administratif et non judiciaire qui vise à déterminer si M. de Filippis avait ou non répondu aux convocations du juge avant de se voir délivrer un mandat d'amener et si le principe de proportionnalité a été respecté, a précisé cette source.

Le magistrat chargé de ce rapport doit obtenir les explications de la juge Muriel Josié, chargée de l'instruction dans laquelle M. de Filippis a été mis en examen.

De nombreuses voix se sont élevées ce week-end pour exiger "une enquête" sur les conditions de l'interpellation, vendredi, de l'ex-directeur de la publication de Libération qui estime avoir été "traité comme un criminel" dans une banale affaire de diffamation.

La Garde des Sceaux, Rachida Dati, a jugé au Sénat que la procédure était "tout à fait régulière" puisque, quand "un citoyen ne défère pas aux convocations, on lui envoie un mandat d'amener".

Elle a annoncé que le parquet de Paris avait demandé "officiellement la communication de la procédure ce matin".
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine