GASTRONOMIE

Un chef chinois obtient 3 étoiles dans le Michelin

Chan Yan-tak, chef au restaurant "Le regard du dragon" à Hong Kong, est le premier Chinois à avoir récolté les convoités trois étoiles du guide gastronomique français Michelin dans la première édition consacrée à Macao et Hong Kong.

Publicité

AFP - Pour sa première édition consacrée à Hong Kong et Macao, le guide gastronomique français Michelin a couronné de trois étoiles, soit la plus haute distinction, un chef chinois et accordé au chef français Joël Robuchon sa 24e étoile.

Le "Lung King Heen" ("Le regard du dragon"), restaurant de l'hôtel Four Seasons à Hong Kong, proposant une cuisine cantonaise contemporaine, est l'un des deux établissements à avoir décroché trois étoiles.

L'autre est le restaurant "Robuchon a Galera" à l'hôtel Lisboa de Macao, alors que le chef français Joël Robuchon reçoit également deux étoiles pour "L'atelier de Joël Robuchon" à Kong Kong, a annoncé mardi Jean-Luc Naret, directeur des guides Michelin lors d'une conférence de presse.

Ces cinq nouvelles étoiles permettent à M. Robuchon, surnommé "le cuisinier du siècle", d'atteindre le total de 24 étoiles dans ses différents établissements, dont 3 trois étoiles, 6 deux étoiles et trois une étoile.

Pour la première fois, un chef chinois, Chan Yan-tak reçoit donc la récompense suprême du "petit guide rouge". "Nous le suivions depuis plusieurs années, et nos inspecteurs lui ont rendu visite à 12 reprises. C'est le premier chef chinois à obtenir trois étoiles", a indiqué M. Naret.

Le Four Seasons à Hong Kong est également récompensé avec deux étoiles pour le "Caprice", un restaurant de cuisine française, qualifiée de "traditionnelle et contemporaine", par son chef français Vincent Thierry, âgé de 37 ans, ancien notamment du George V et de Taillevent à Paris et de la Côte Saint-Jacques à Joigny (Yonne) et aux commandes du "Caprice" depuis septembre 2005.

Parmi ses plats emblématiques, "le crabe d'Alaska à la mousse de mangue".   "C'est une reconnaissance incroyable de mes 21 années de métier mais aussi du travail d'une équipe de 22 Chinois en cuisine et d'un chef patissier français", a réagi M. Thierry, originaire de la région de Chartres (centre), interrogé par l'AFP.

"Je fais une cuisine française traditionnelle et contemporaine, que j'essaie d'alléger au maximum. Ma recette, ce sont 80% de produits français frais de haute qualité", a-t-il ajouté.

Le guide Michelin Hong Kong/Macao, 26e guide de la collection, en vente à partir de vendredi, compte au total deux restaurants 3 étoiles, 8 deux étoiles (dont un seul à Macao) et 18 récompensés d'une étoile, représentant une trentaine de cuisines différentes.

"Nous avons établi ce guide Hong Kong/Macao grâce à une équipe de 12 inspecteurs, dont deux Chinois", a précisé M. Naret. Interrogé sur la compétence des Français à juger de la cuisine chinoise, il a estimé qu'"il n'est pas besoin d'être français pour juger la cuisine française ou italien pour goûter la cuisine italienne".

Le Michelin consacre donc encore davantage Joël Robuchon, mais oublie le Français Alain Ducasse, dont le "Spoon" à Hong Kong n'obtient aucun macaron.

M. Robuchon, qui avait quitté son trois étoiles parisien en 1996 avec fracas, règne sur la planète gastronomique avec 7 étoiles au Japon, 6 en France et à Monaco, 5 aux Etats-Unis (New York et Las Vegas) et 5 à Hong Kong/Macao et enfin une en Grande-Bretagne.

Dans la course aux étoiles, Alain Ducasse en totalise 16 devant le Britannique Gordon Ramsay 12.

Michelin compte vendre 100.000 exemplaires de son guide bilingue anglais-chinois, dont c'est la 2e édition asiatique après celle consacrée à Tokyo et vendue à 300.000 exemplaires.

"Nous allons continuer à développer le guide en Asie, mais il est trop tôt pour dire quel sera le prochain pays", a encore indiqué M. Naret, alors que le guide couvre aujourd'hui 23 pays.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine