AUTOMOBILE

Le constructeur américain Ford pourrait se séparer de Volvo

24 heures après l'expiration du délai accordé aux Big Three (Ford, General Motors et Chrysler) pour soumettre des plans de restructuration, Ford annonce la possibilité de vendre sa filiale Volvo Car Corporation.

Publicité

REUTERS - Ford Motor a annoncé lundi son intention d'étudier différentes possibilités concernant l'avenir de sa filiale suédoise Volvo Car Corporation, parmi lesquelles celle d'une vente du constructeur suédois de voitures, une éventualité saluée par Wall Street.

Le titre du groupe américain gagnait plus de 5% à la mi-séance à la Bourse de New York alors que l'indice Dow Jones chutait de plus de 4%.


L'annonce de la possibilité d'une cession de Volvo Car intervient 24 heures avant l'expiration du délai accordé aux trois grands constructeurs américains (Ford, General Motors et Chrysler) pour présenter des plans de restructuration détaillés susceptibles de convaincre le Congrès de débloquer 25 milliards de dollars d'aides publiques.


Le constructeur américain, qui a besoin de liquidités, a précisé dans un communiqué que l'étude des options stratégiques concernant Volvo visait à "renforcer son bilan" dans un contexte de baisse généralisée des ventes mondiales de voitures.

Ford a "consommé" 7,7 milliards de dollars de trésorerie au troisième trimestre et il a annoncé le mois dernier son intentin de réduire ses coûts et de céder des actifs pour dégager 17 milliards de liquidités d'ici 2010.


Or Volvo est la dernière marque du portefeuille de haut de gamme qu'il avait constitué au fil des ans, puisqu'il a déjà cédé Aston Martin, Jaguar et Land Rover. Ces deux dernières marques ont été reprises au début de l'année par l'indien Tata Motors.


Ford a aussi vendu le mois dernier les deux tiers environ de sa participation de 33,4% dans le japonais Mazda Motor pour un montant avoisinant 538 milliards de dollars.

Renault-Nissan a été cité comme possible acquéreur

"Etant donné les défis extérieurs sans précédent auquel Ford et l'ensemble du secteur sont confrontés, il est prudent pour Ford d'évaluer les options concernant Volvo", déclare dans un communiqué Alan Mulally, le P-DG de Ford.

L'évaluation de ces diverses options pourrait prendre plusieurs mois, prévient le groupe.


Avant lundi, il avait assuré à plusieurs reprises que Volvo n'était pas à vendre mais certaines sources informées de l'évolution du dossier ont rapporté que Ford avait eu des discussions avec Renault-Nissan et avec le sud-coréen Hyundai en vue d'une possible cession.

Le mois dernier, Carlos Ghosn, le président de Renault et Nissan, a exclu toute acquisition ou alliance qui conduirait son groupe à débourser des liquidités, expliquant que sa priorité était de préserver la trésorerie face à la baisse du marché mondial.


Plusieurs pays, dont la France, ont fait état lundi d'une chute de plus de 10% des ventes de voitures neuves au mois de novembre et les chiffres du marché américain, attendus mardi, ne devraient au mieux montrer qu'une reprise timide après le plus bas de 25 ans inscrit en octobre.

Dans une lettre à General Motors, Ford et Chrysler, les présidents des deux chambres du Congrès américain ont demandé aux "Trois Grands de Détroit" de présenter d'ici mardi "un plan de restructuration crédible" s'ils veulent que l'enveloppe de 25 milliards de dollars d'aide qu'ils réclament soit examinée.

GM a réuni son conseil d'administration dimanche pour examiner ce plan, selon une source proche du dossier. Chrysler, dont l'actionnaire majoritaire est le gestionnaire de fonds Cerberus Capital Management, a indiqué que son conseil se réunirait avant la date limite de mardi. Quant à Ford, il s'est refusé à toute indication.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine