MAISON BLANCHE

Bill Richardson doit être nommé secrétaire d'État au Commerce

Barack Obama devrait désigner ce mercredi Bill Richardson secrétaire au Commerce. A 61 ans, cet ex-ambassadeur des États-Unis à l'ONU avait été pressenti pour le poste de secrétaire d'État, attribué finalement à Hillary Clinton.

Publicité

AFP - Le président élu américain Barack Obama désignera mercredi Bill Richardson secrétaire au Commerce, complétant ainsi la formation de son cabinet, a indiqué mardi un responsable démocrate.

M. Obama devrait annoncer la nomination de M. Richardson, ancien ambassadeur des Etats-Unis à l'ONU, lors d'une conférence de presse prévue mercredi à Chicago (Illinois, nord), deux jours après avoir annoncé la formation de son équipe chargée de la sécurité nationale.

Bill Richardson, 61 ans, est l'une des plus importantes personnalités politiques d'origine hispanique aux Etats-Unis et avait été pressenti pour le poste de secrétaire d'Etat, attribué finalement à Hillary Clinton, la grande rivale de M. Obama pendant les primaires démocrates.

M. Richardson, qui est gouverneur du Nouveau-Mexique (sud-ouest), avait lui aussi tenté sa chance lors des primaires démocrates pour la présidentielle contre Barack Obama. Il s'était ensuite rallié à sa candidature malgré ses liens avec Bill Clinton, dont il a été le secrétaire à l'Energie.

M. Richardson, qui a été surnommé l'"Indiana Jones" de la diplomatie américaine, s'est fait une réputation grâce à ses face-à-face avec des dirigeants figurant sur la liste des ennemis des Etats-Unis, comme Saddam Hussein ou Fidel Castro.

L'une des personnalités les plus hautes en couleur de l'administration Clinton, il a été critiqué pour son goût de la médiatisation au détriment du travail gouvernemental de fond, mais a aussi laissé la marque d'un parlementaire actif et d'un fin négociateur.

Bill Richardson s'est ainsi imposé, au fil des années, comme un intermédiaire précieux dans les relations houleuses entre les Etats-Unis et la Corée du Nord. En 1994, il était en voyage en Corée du Nord lorsqu'un hélicoptère de l'armée américaine a été abattu après avoir franchi la ligne de démarcation entre l'Etat communiste et le voisin sud-coréen.

Bill Richardson avait alors obtenu la libération du pilote et son rapatriement ainsi que celui de la dépouille du copilote, tué pendant l'opération.

Un an plus tard, il affrontait l'un des ennemis mortels des Etats-Unis, le dirigeant irakien Saddam Hussein, et obtenait la libération de deux hommes d'affaires américains emprisonnés en Irak après avoir franchi la frontière par erreur.

En 1996, il était de retour en Corée du Nord et négociait avec succès la libération d'un missionnaire américain qui avait traversé à la nage une rivière marquant la frontière avec la Chine et accusé d'espionnage par Pyongyang.

Bill Richardson a également à son actif des négociations avec l'ex-dirigeant cubain Fidel Castro, la junte militaire au pouvoir en Birmanie ou encore l'ancien dirigeant militaire d'Haïti Raoul Cedras, qu'il a réussi à convaincre de céder le pouvoir.

Il est crédité d'un accord avec des rebelles soudanais qui gardaient en otages trois membres de la Croix-Rouge, en leur proposant des véhicules tout-terrain, des médicaments, du riz et un tracteur en lieu et place de la rançon de 2,5 millions de dollars qu'ils réclamaient.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine