Accéder au contenu principal
ZIMBABWE

Face au choléra, Harare appelle à l'aide internationale

3 min

Alors que l'OMC estime à plus de 550 le nombre de victimes de l'épidémie de choléra au Zimbabwe, le gouvernement évoque désormais une "urgence nationale" et en appelle à l'aide internationale.

Publicité

AFP - Le gouvernement du Zimbabwe a qualifié d'"urgence nationale" l'épidémie de choléra qui a déjà fait plus de 550 morts dans le pays et appelé à l'aide la communauté internationale, ont souligné jeudi les médias officiels.

"L'appel d'urgence nous aidera à réduire le nombre de malades et de morts lié à l'actuelle situation socio-économique", a déclaré le ministre zimbabwéen de la Santé David Parirenyatwa, cité par le quotidien d'Etat The Herald.

"Le gouvernement a déclaré hier (mercredi) urgences nationales l'épidémie de choléra (...) et les dysfonctionnements des hôpitaux publics et a appelé la communauté internationale à l'aide pour faire face à la situation", écrit The Herald.

"Nos hôpitaux publics ne fonctionnent tous simplement pas. Le personnel est démotivé et nous avons besoin de votre soutien pour nous assurer qu'ils recommencent à travailler et pour redémarrer notre système de santé", a assuré le ministre s'exprimant lors d'une réunion d'associations caritatives.

Le ministre a donné un bilan des morts de 563, alors que les Nations unies ont avancé le chiffre de 565 depuis le mois d'août. Selon le bureau de coordination de l'aide humanitaire de l'ONU (OCHA), 12.546 cas de choléra ont été enregistrés.

Les hôpitaux manquent de médicaments, de vivres et de matériels, a aussi souligné le ministre de la Santé, selon lequel 450 patients ont besoin de dialyse. Le ministère a demandé une enveloppe de 1,5 million de dollars US par mois pour mettre un terme à une grève des personnels hospitaliers qui réclament leurs salaires.

"Pour l'instant, 7 millions sont disponibles à la date du 1er janvier 2009 et il y a toujours un manque de 11 millions que nous réclamons maintenant", a poursuivi M. Parirenyatwa.

Le ministre adjoint du Développement des infrastructures et de l'Eau Walter Mzembi, qui assistait à la réunion, a indiqué que son ministère disposait de produits chimiques de traitement de l'eau pour les douze prochaines semaines.

"Il nous faut au moins 40 millions de rands (3,93 millions dollars) pour acheter des produits chimiques sur les deux prochains mois et nous avons besoin de cet argent entre aujourd'hui et lundi", a-t-il affirmé.

La distribution d'eau a été en grande partie restaurée mercredi à Harare, a assuré M. Mzembi.

L'eau avait été coupée samedi dans la capitale à la suite d'une pénurie de sulfate d'aluminium, utilisé pour purifier l'eau, forçant la population à creuser des puits de fortune.

Selon des organisations humanitaires, l'épidémie de choléra a gagné l'Afrique du Sud voisine où les autorités sanitaires ont indiqué que la rivière Limpopo, qui fait frontière avec le Zimbabwe, avait été déclarée cette semaine contaminée.

Le Fonds des Nations unies pour l'Enfance (Unicef) a annoncé mardi des mesures d'urgence pour lutter contre l'épidémie, parmi lesquelles la fourniture de médicaments pour 70% des onze millions de Zimbabwéens, l'immunisation de 1,5 million d'enfants et un soutien à 250.000 orphelins et enfants en situation précaire.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.