ATTAQUES DE BOMBAY

Notre reporter répond à vos questions

Notre reporter Leela Jacinto, envoyée spéciale en Inde au lendemain des attaques terroristes qui ont frappé Bombay, répond aux questions posées par les internautes.

Publicité

Retrouvez le carnet de route de notre reporter à Bombay, Leela Jacinto en cliquant ici.

Ainsi que notre dossier consacré aux attaques de Bombay.

 

 

 

"J'aimerais savoir ce que l'on reproche au Premier ministre indien. Est-il mêlé de près ou de loin aux attentats ? Et comment les Indiens vivent-ils la situation aujourd’hui ?" (Grévisse Kenguruka, Burundi)

 

Leela Jacinto : "Le gouvernement indien est critiqué pour ne s’être donné les moyens d’éviter les attaques. Souvenez-vous, l’Inde, et plus particulièrement des grandes villes comme Bombay et New Delhi, ont été le théâtre de nombreuses attaques terroristes ces dernières années. Il est certain qu’il y a eu d’importantes défaillances au niveau de la sécurité. Elles ont permis aux terroristes d’aborder un chalutier, d’y tuer un pêcheur et de naviguer tout droit sur Bombay sans être inquiétés, pas même par la marine indienne ou les gardes-côtes. Ne parlons même pas des défaillances au niveau des services de renseignement…

 

Les gens en ont simplement assez de cette inefficacité. Du coup, leur colère se dirige contre les hommes politiques, tous partis confondus. Je dois admettre cependant que je n’ai pas entendu de critique dirigée contre le Premier ministre indien Manmohan Singh. Il reste une personnalité respectée. Singh est un économiste renommé, il jouit d’une bonne réputation et est considéré comme un gestionnaire efficace. Mais tout peut changer. Tout dépend de la réaction du gouvernement dans les jours à venir."

 

 

Quels sont les commanditaires de ces attentats ? Pourquoi ont-ils mené ces attaques ? Les Américains et les Britanniques qui avaient été pris en otage ont-ils été libérés ? (Anonyme, Guinée)

 

L. J. : "Peu de temps après les attaques, des médias indiens ont reçu un mail émanant d’un groupe se faisant appelé "les Moudjahidines du Deccan". Avant les attaques, personne ne connaissait l’existence d’un tel groupuscule. Les experts s’accordent à dire qu’il s’agit certainement d’un nom emprunté pour l’occasion. Les services de sécurité indiens supposent que les terroristes ont des liens avec le camp islamiste de Lashkar-e-Taïba, au Pakistan, ou qu’ils y ont été entraînés.

 

Les messages revendiquant les attaques demandaient la libération de prisonniers musulmans dans les prisons indiennes. Beaucoup de gens ne croient pas qu’il s’agisse du vrai motif.

 

Parmi les victimes des attaques de Bombay, on comptait plusieurs étrangers, dont des Britanniques et des Américains."

 

 

"Lors de mon dernier séjour en Inde, j’ai pu m’entretenir avec le directeur de l'Alliance française de Pondichéry sur la difficulté de tisser des liens avec la classe moyenne indienne. Il m'a répondu qu’il avait le sentiment que les Indiens ne s'intéressaient pas à notre culture. Contrairement à l’Iran où il était basé auparavant, et où il s’était fait rapidement des amis. Comment expliquez-vous ce désintérêt ? (Jean-Pierre Coutan, La Roche-sur-Yon, France)

 

L. J. : "Je suis surprise de vous entendre dire qu’il est difficile de se faire des amis en Inde. Je n’ai jamais entendu des touristes occidentaux s’en plaindre. Si les Indiens ont un défaut, ce serait plutôt celui d’être trop amicaux. Lorsque je suis en Inde, je me sens plutôt trop entourée. Je me demande si, dans le cas que vous évoquez, il ne s’agissait pas plutôt d’un problème de langue, même si j’imagine que le directeur de l’Alliance française de Pondichéry parle couramment l’anglais.

 

Pour ce qui concerne leur désintérêt pour la culture française, c’est absolument vrai. L’Inde est un grand pays, un sous-continent. C’est assez difficile pour beaucoup d’Indiens de saisir tous les aspects de leur propre culture. Et puis l’Inde fut une colonie britannique. Les Indiens sont donc certainement plus familiers et plus intéressés par le Royaume-Uni et les Etats-Unis."

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine