ÉTATS-UNIS

O.J. Simpson condamné à 15 ans de prison ferme

L'ancienne vedette du football américain a été condamné à 15 ans de prison ferme, ce vendredi, à Las Vegas. Il y a deux mois, O. J. Simpson avait été reconnu coupable de 12 chefs d'accusation, notamment d'enlèvement et de vol à main armée.

Publicité

AFP - L'ancien sportif O.J. Simpson a été condamné vendredi à 15 ans de prison ferme à Las Vegas (Nevada, ouest) pour vol à main armée et enlèvement, 13 ans après un acquittement très controversé dans une affaire de double meurtre.

Nerveux, le visage marqué, menotté et vêtu d'un uniforme bleu de prisonnier, Simpson, 61 ans, n'a pas particulièrement réagi à l'énoncé de sa peine, deux mois après avoir été reconnu coupable de 12 chefs d'accusation par un jury populaire.

Simpson a été condamné à deux peines cumulées de 15 ans, respectivement pour vol à main armée enlèvement, et plusieurs autres plus légères.

Complexe, le verdict de la juge Jackie Glass a ensuite été expliqué par le tribunal: par le jeu d'éventuelles remises de peine, Simpson va passer au moins neuf ans et au maximum 33 ans sous les verrous.

Son coaccusé Clarence Stewart a été un peu moins sévèrement condamné, étant éligible à une liberté conditionnelle dans sept ans et demi.

Avant sa condamnation, Simpson avait présenté ses "excuses".

"Je comparais devant vous désolé, un peu désorienté", a déclaré l'ancienne star du football américain. "Je n'ai jamais eu l'intention de faire du mal à qui que ce soit (...) je ne savais pas que ce que je faisais était mal", a-t-il ajouté, la voix brisée et les yeux humides, alors qu'il n'avait jamais pris la parole depuis le début de son procès.

Mme Glass a eu des mots très sévères pour l'ancien champion de football américain, le qualifiant à nouveau d'"arrogant", d'"ignorant" et de "stupide". Elle a pris acte des "remords" qu'il a exprimés vendredi. Mais selon elle, "vous pensiez pouvoir faire à Las Vegas ce que vous ne pouviez pas faire ailleurs" au moment du crime.

Le 13 septembre 2007, selon l'accusation, l'ancien sportif avait fait irruption avec cinq hommes de main dans un hôtel-casino de la ville du jeu pour y dérober des souvenirs sportifs à des revendeurs, sous la menace d'armes.

"Vous êtes allé dans la chambre, vous avez pris des armes (...) vous avez eu recours à la force. Cela signifie vol à main armée, avec une arme susceptible de donner la mort", a martelé la magistrate. Elle a refusé de remettre Simpson en liberté dans l'attente du résultat de l'appel que ses avocats ont dit vouloir interjeter.

Les plaidoiries des avocats de Simpson affirmant que l'ancien sportif ne voulait que récupérer des objets qui lui avaient été volés n'avaient pas convaincu les jurés. Tout l'incident avait été enregistré sur bande audio.

Simpson, sportif noir américain vedette des années 1970, est l'acteur principal de l'une des affaires judiciaires les plus controversées du XXe siècle aux Etats-Unis: son acquittement en 1995 des meurtres de son ex-épouse Nicole Brown et de l'ami de celle-ci, Ronald Goldman, sauvagement assassinés à Los Angeles l'année précédente.

De nombreux Américains estiment que Simpson est passé entre les mailles de la justice, mais Mme Glass a indiqué qu'elle n'était "pas là pour condamner M. Simpson pour ce qui s'était passé auparavant dans sa vie (...) Beaucoup ne sont pas d'accord (avec le verdict de 1995), mais cela n'a pas d'importance pour moi".

Fred Goldman, père de Ronald Goldman, a exprimé sa "gratitude" envers la juge Glass. "Je ne ferai pas mon deuil, Ron est parti pour toujours", a-t-il ajouté, interrogé par les médias sur les marches du tribunal de Las Vegas.

"C'est un moment un peu aigre-doux", a-t-il reconnu, en lançant: "ce fils de p... va rester en prison pendant très longtemps, c'est là qu'est sa place".
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine