ALIMENTATION - DIOXINE

L'Irlande rappelle tous ses produits à base de porc

L'Irlande a commencé à retirer de la consommation les aliments à base de porc produits sur l'île, et a rappelé ceux vendus à l'étranger, après la découverte de dioxine. Des produits contaminés ont été trouvés en France et en Belgique.

Publicité

AFP - Les autorités irlandaises ont commencé dimanche à retirer de la consommation l'ensemble des aliments à base de porc produits sur l'île depuis le 1er septembre, tout en rappelant ceux commercialisés à l'étranger, après la découverte de dioxine dans certains d'entre eux.

L'alerte a été lancée samedi soir après la découverte, lors de contrôles de routine fin novembre, de traces de polychlorobiphényles (PCB), un polluant généralement assimilé à de la dioxine, dans de la graisse de porc provenant de neuf élevages de porc irlandais. Les PCB sont des polluants organiques persistants et probablement cancérogènes.

"En conséquence, la FSAI ordonne le rappel de tous les produits à base de porc issus de bêtes abattues en Irlande", a indiqué l'agence irlandaise de la sécurité alimentaire (FSAI) dans un communiqué diffusé samedi soir.

La destruction de tous les produits commercialisés en Irlande a été ordonnée, ainsi que le rappel de tous ceux exportés.

Selon les dernières statistiques officielles irlandaises, l'île a exporté environ 124.000 tonnes de viande de porc en 2006. Le Royaume-Uni (Irlande du Nord comprise) représente le principal marché, avec plus de la moitié des exportations, suivi du Japon (9%), de l'Allemagne (un peu moins de 9%) et de la France (5%).

En Grande-Bretagne, les supermarchés Tesco, numéro un britannique de la distribution, ont précisé qu'ils ne vendaient pas de viande porcine irlandaise.

Le ministre irlandais de l'Agriculture, Brendan Smith, a indiqué dimanche sur la radio nationale RTE que l'enquête se poursuivait "avec la plus grande énergie" sur les causes de la contamination.

Cette dernière provient des aliments donnés aux porcs, a indiqué le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, Dick Roche, interrogé sur la chaîne britannique Sky News.

L'enquête se concentre sur les fournisseurs d'aliments pour porcs qui ont approvisionné neuf élevages irlandais où la contamination a été constatée. Ces fermes représentent environ 10% de la production totale irlandaise, a indiqué le responsable adjoint de la FSAI, Alan Reilly, sur la RTE.

Mais cette quantité de porc contaminé a "pu être mélangé à, disons 70-75% de porc sain", a-t-il ajouté.

Le rappel a été décidé à titre "de précaution", ont tenu à préciser les autorités. Le risque sanitaire est "très, très faible", a assuré M. Reilly. "Les niveaux acceptés de ces dioxines sont basés sur une contamination tout au long de la vie. Il faudrait consommer des produits contenant ces substances chimiques durant 40 ans avant de montrer des signes de maladie", a-t-il dit.

Le rappel représente une "véritable catastrophe" pour l'industrie porcine, a estimé Padraig Walshe, président de l'Association des agriculteurs irlandais (IFA).

"Noël est la période la plus importante pour l'élevage porcin, de nombreuses personnes voulant acheter le jambon qui accompagnera la dinde", a-t-il rappelé sur la radio RTE samedi soir. L'industrie irlandaise, qui emploie cinq mille personnes, a un chiffre d'affaires d'environ 400 millions d'euros.

Les dioxines sont pour l'essentiel des sous-produits de procédés industriels: incinérateurs de déchets, fonderie, métallurgie... Elles s'accumulent dans les tissus graisseux des animaux, tout au long de la chaîne alimentaire jusqu'à l'homme. On les retrouve particulièrement dans les aliments riches en graisses (poissons, laitages...).  
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine