ALIMENTATION - DIOXINE

L'Irlande tente d'isoler les sources de contamination

Les autorités irlandaises tentent d'isoler rapidement la source de la contamination à la dioxine d'aliments, à base de porc, produits en Irlande et exportés en Europe. Certains de ces produits ont été retrouvés en Belgique et en France.

Publicité

AFP - L'Irlande tentait dimanche d'isoler la source d'une contamination à la dioxine qui a provoqué le rappel de l'ensemble des aliments à base de porc produits sur l'île depuis le 1er septembre, et dont certains se sont retrouvés en France et en Belgique.

L'alerte a été lancée samedi soir après la découverte, lors de contrôles de routine fin novembre, de traces de polychlorobiphényles (PCB), un polluant généralement assimilé à de la dioxine, dans de la graisse de porc provenant de neuf élevages irlandais. Les PCB sont des polluants organiques persistants et probablement cancérogènes.

"En conséquence, la FSAI ordonne le rappel de tous les produits à base de porc issus de bêtes abattues en Irlande", a indiqué l'agence irlandaise de la sécurité alimentaire (FSAI) dans un communiqué diffusé samedi soir.

La destruction de tous les produits commercialisés en Irlande a été ordonnée, ainsi que le rappel de tous ceux exportés.

Selon les statistiques irlandaises, l'île a exporté 124.000 tonnes de viande de porc en 2006. Le Royaume-Uni (Irlande du Nord comprise) représente le principal marché, avec plus de la moitié des exportations, suivi du Japon (9%), de l'Allemagne (un peu moins de 9%) et de la France (5%).

Certains produits à base de porc irlandais contaminé ont été découverts en France et en Belgique au cours de contrôles à la frontière, a indiqué dimanche à l'AFP Rodney Evans, le spécialiste en chef de la toxicologie de la FSAI.

Ces produits provenaient de carcasses irlandaises qui avaient été découpées aux Pays-Bas avant d'être réexportées vers la France et la Belgique.

M. Evans a cependant assuré que la source du problème était entièrement irlandaise et ne concernait que "de la viande de porcs irlandais qui avaient été nourris avec des aliments irlandais pour porcs".

La Commission européenne a indiqué dimanche dans un communiqué "observer de près cet incident". Selon son porte-parole Pietro Petrucci, les experts de l'UE devaient en discuter dans la journée tandis que ceux des pays susceptibles d'avoir réceptionné la viande contaminée se réuniront mardi.

La commission a également pointé du doigt la nourriture donnée aux porcs.

M. Evans privilégie la thèse d'aliments pour porcs contaminés par de l'huile, "peut-être" de l'huile pour moteurs. "Le profil de la dioxine que nous avons trouvée laisse à penser qu'elle est reliée à une contamination par une huile", a-t-il dit à l'AFP.

Le rappel a été décidé en Irlande à titre "de précaution", ont précisé les autorités. Le risque sanitaire est "très, très faible", a assuré le responsable adjoint de la FSAI, Alan Reilly.

"Les niveaux acceptés de ces dioxines sont basés sur une contamination tout au long d'une vie. Il faudrait consommer des produits contenant ces substances chimiques durant 40 ans avant de montrer des signes de maladie", a-t-il dit sur la radio nationale RTE.

Le rappel représente une "véritable catastrophe" pour l'industrie porcine, a estimé Padraig Walshe, président de l'Association des agriculteurs irlandais (IFA).

"Noël est la période la plus importante pour l'élevage porcin, de nombreuses personnes voulant acheter le jambon qui accompagnera la dinde", a-t-il rappelé sur RTE samedi soir. L'industrie irlandaise, qui emploie cinq mille personnes, a un chiffre d'affaires d'environ 400 millions d'euros.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine