IRLANDE

La contamination de la viande de porc s'étend aux bovins

Selon le gouvernement irlandais, la contamination de la viande de porc par la dioxine toucherait désormais plusieurs élevages bovins du pays. Les autorités ont cependant exclu de rappeler les produits à base de viande de bœuf.

Publicité

AFP - La contamination à la dioxine de viande de porc irlandaise s'est étendue à plusieurs élevages de bovins alimentés avec les mêmes produits, a annoncé mardi le gouvernement irlandais tout en minimisant les risques pour la santé humaine et en écartant tout rappel massif.

Le ministre de l'Agriculture Brendan Smith a révélé lors d'une conférence de presse que sur 11 élevages testés, seuls trois présentaient des traces de polychlorobiphényles (PCB) - un polluant généralement assimilé à de la dioxine - supérieures au maximum autorisé.

Les risques pour le public "sont extrêmement faibles", a insisté le ministre. "Il n'y a pas de risque de santé publique" et "on ne s'attend pas à l'apparition de symptômes" parmi la population, selon lui.

Les autorités ont immédiatement exclu de rappeler les produits à base de viande de boeuf comme ils l'avaient fait avec le porc, en Irlande puis à l'étranger, après l'annonce de la présence de dioxine samedi.

Les trois élevages affectés ont été isolés et les bovins vont y subir des tests, a pour sa part expliqué le Dr Alan Reilly, de l'autorité irlandaise de sécurité sanitaire des aliments.

"En fonction du résultat, ils seront autorisés ou pas à entrer dans la chaîne alimentaire", a-t-il déclaré.

"Dans le cas des produits déjà sur le marché -et j'insiste pour dire que c'est une très, très petite quantité en comparaison de toute la production de viande bovine- nous ne demanderons pas à ce qu'ils soient retirés", a-t-il souligné.

Selon lui, les niveaux de PCB sur les trois fermes concernées étaient "seulement deux ou trois fois au-dessus de la limite", contre 80 à 200 fois dans le cas des porcs.

Même si le gouvernement s'est employé mardi à en minimiser la portée, cette annonce représente une nouveau coup dur pour les éleveurs irlandais, déjà frappés par la crise de la filière porcine qui menace selon eux quelque 6.000 emplois.

L'élevage de bovins constitue la principale richesse du secteur agricole irlandais, générant des revenus estimés à 2,5 milliards d'euros par an.

L'alerte en Irlande avait été lancée samedi soir après la découverte, lors de contrôles de routine fin novembre, de traces de PCB dans de la graisse de porc provenant de neuf élevages irlandais. Les PCB sont des polluants organiques persistants et probablement cancérogènes.

Les autorités avaient immédiatement lancé une enquête sur l'origine de cette contamination de viande de porc qui a pu être exportée dans une vingtaine de pays, et retiré de la vente tous les produits à base de porc produits sur l'île depuis le 1er septembre.

Le Japon, Singapour, la Corée du Sud, la Chine et la Russie ont annoncé lundi la suspension de leurs importations de viande de porc d'Irlande.

La Commission européenne a confirmé mardi qu'une usine de production d'aliments pour animaux était liée à la contamination de viande de porc à la dioxine en Irlande.

"La nourriture contaminée a été livrée à 10 élevages de porcs et 38 élevages de bétail en Irlande ainsi qu'à neuf élevages de porcs en Irlande du Nord", a indiqué Nina Papadoulaki, porte-parole de la Commission responsable des questions de santé.

D'autre part, la Commission a évoqué mardi les possibilités de compensation existantes pour les éleveurs touchés par la contamination, précisant qu'ils ne pouvaient prétendre à des aides européennes, mais que l'Irlande pouvait elle les aider, sous certaines conditions.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine