FRANCE

Le déficit commercial enregistre un nouveau record

En octobre, l'Hexagone a enregistré une chute de 4,5 % de ses exportations qui a entraîné le déficit du commerce extérieur à un niveau record. La ministre de l'Économie Christine Lagarde a estimé que la France pouvait "mieux faire".

Publicité

REUTERS - Le déficit du commerce extérieur de la France a atteint en octobre un nouveau record à plus de sept milliards d'euros, sous le coup d'un plongeon des exportations notamment vers l'Europe, selon les données provisoires publiées mardi par les Douanes.

La chute de 4,5% des exportations par rapport à septembre, alors que les importations n'ont baissé que de 1%, fait craindre de mauvais chiffres de la production industrielle mercredi et une contraction du produit intérieur brut sur l'ensemble du quatrième trimestre, estiment des économistes.

Le chiffre de 7,1 milliards d'euros communiqué par les Douanes est nettement plus élevé qu'attendu puisque les experts interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un déficit réduit à 5,65 milliards en octobre, pour cause d'allègement de la facture énergétique.

Le déficit de septembre, précédent record, a été revu en baisse à 5,961 milliards d'euros au lieu de 6,25 milliards annoncé en première estimation il y a un mois.

L'effet positif de la décrue des cours du pétrole a été largement contre-balancé par l'effondrement des exportations, qui ont totalisé 32,6 milliards d'euros - contre 34,1 milliards en septembre - alors que les importations ne fléchissaient que légèrement à 39,63 milliards contre 40,1 milliards.

"Les exportations sont à leur plus faible niveau depuis novembre 2006," s'alarme Alexander Law, chef économiste à l'institut de recherche Xerfi.

"Dans un environnement international récessif, le entreprises françaises voient leurs débouchés se restreindre un peu plus chaque jour," remarque-t-il en ajoutant que la France aura du mal à éviter un recul du PIB au quatrième trimestre.

Interrogée sur ces chiffres, la ministre de l'Economie Christine Lagarde s'est contentée de répondre : "On peut mieux faire."

L'Allemagne qui, contrairement à la France, est en récession technique avec deux trimestres consécutifs de croissance, a à l'inverse annoncé un excédent commercial accru et supérieur aux attentes en octobre, à 15,8 milliards d'euros.

Mais ce bon chiffre s'explique par un recul de 3,5% des importations, à 68,7 milliards d'euros, qui a été supérieur au tassement de 0,5% des exportations, lesquelles se sont montées à 84,5 milliards d'euros - près du triple des ventes françaises.

Et l'annonce vendredi d'une chute de plus de 6% des commandes à l'industrie en Allemagne en octobre laisse craindre de nouvelles baisses des exportations dans les mois à venir.



PLONGEON DES EXPORATIONS VERS L'UE

Le détail des chiffres français montre une forte baisse des exportations de biens intermédiaires (sidérurgie notamment) à destination de l'Union européenne.

Les exportations vers l'Allemagne, en baisse de 7,7% à 4,6 milliards d'euros, sont tombées à leur plus bas niveau depuis juillet 2007 et le déficit vis-à-vis de l'ensemble de l'UE s'est creusé de près d'un milliard d'euros à 3,19 milliards.

L'Union européenne absorbe 65% des exportations françaises et l'Allemagne quelque 15% à elle seule.

"Pas besoin d'aller bien loin pour constater l'ampleur du désastre, la majorité de nos voisins sont en récession et ne passent plus commande à nos entreprises," analyse Alexander Law en ajoutant que la dépréciation de l'euro n'est évidemment d'aucun secours dans le cas de pays qui ont la même monnaie.

La baisse des exportations automobiles, à l'oeuvre depuis plusieurs mois vers les marchés espagnol, britannique, italien ou polonais, a quant à elle gagné la Russie, l'Amérique et l'Asie. Le déficit des échanges automobiles passe ainsi de 438 millions en septembre à 598 millions en octobre.

Pour l'ensemble de l'industrie civile, le déficit a plus que doublé en deux mois, passant de 1,4 milliard en août à 2,59 milliards en septembre puis 3,35 milliards en octobre.

La France a pourtant vendu en octobre 27 Airbus, sept de plus qu'en septembre, qui lui ont rapporté 1,5 milliard d'euros.



VERS LES 60 MILLIARDS DE DEFICIT

Sur les dix mois de janvier à octobre, le déficit cumulé de la France atteint 46,25 milliards d'euros en données corrigées des variations saisonnières contre 30,32 milliards au cours de la même période de 2007.

Dans sa loi de finances rectificative présentée le mois dernier, le gouvernement prévoit pour 2008 un déficit de 55,2 milliards d'euros, qui dépasserait de loin le record de 39,4 milliards établi en 2007.

"La barre des 60 milliards d'euros sera certainement atteinte dans les tout prochains mois", pronostique Marc Touati, économiste chez Global Equities.

Il s'attend cependant à ce que la baisse de l'euro, la diminution de la facture énergétique et le ralentissement des importations - pour cause de déprime du consommateur - permettent de "stopper l'hémorragie" vers la mi-2009, mais avec un déficit qui restera autour des 50 milliards.

Le gouvernement, lui, table sur un déficit ramené à 42,3 milliards en 2009.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine