Accéder au contenu principal

"Spice", un parfum de drogue douce légalisée

Vendu sous forme de mélange de plantes séchées destiné parfumer les maisons et autres chez-soi, le "Spice" fait fureur en Allemagne, non pas pour ses vertus odorantes, mais pour ses effets psychotropes, lorsqu'il est fumé.

Publicité

Vendu en sachets sur Internet et dans les "head-shops", les magasins spécialisés dans la vente d'accessoires pour les amateurs de cannabis, "Spice" est un pot-pourri destiné à être utilisé comme parfum d'intérieur.


C'est en tout cas ce qui est indiqué sur le mode d'emploi.  Mais les consommateurs allemands, en majorité des jeunes, se sont mis à le fumer, et en grand quantité.

En quelques mois, le phénomène "Spice" a pris une ampleur qui a dépassé les capacités de production de "The Psyche Deli", la société anglaise à l'origine du produit, et des retards de livraison ont été constatés dans toute l'Allemagne.

Ainsi, depuis quelques semaines, les clients se bousculent dans le "head-shop" de Belle Ahrens à Francfort, dans l'espoir de trouver quelques sachets de "Spice". La propriétaire confie donc à France 24 :  "Nous attendons une livraison depuis plusieurs jours, mais elle est sans cesse repoussée et mes clients s'impatientent."

Une drogue légale vendue comme un parfum d'ambiance 

Les  amateurs de drogue douce sont séduits par cette nouvelle drogue légale. Pourtant, les autorités sanitaires mettent en garde contre sa consommation et déconseillent fortement de conduire après en avoir fumé.

Une recommandation seulement, car pour l'instant une interdiction est légalement impossible.  Ces herbes étant commercialisées comme parfum d'ambiance, elles échappent à la loi sur les stupéfiants.

Les ingrédients indiqués par le producteur sont par ailleurs parfaitement légaux, et même inoffensifs au premier coup d'œil. On y trouve entre autres de la scutellaire, du nénuphar et du lotus indien. Rien de bien méchant donc, mais les toxicologues soupçonnent le producteur de "Spice" de ne pas tout dire sur la composition de son mélange d'herbes.
 
Une composition encore inconnue des autorités
 
Volker Auwärter, toxicologue forensique à l'institut de médecine légale de l'hôpital universitaire de Freiburg, enquête actuellement sur le mystère "Spice". Il estime qu'il faudra encore plusieurs semaines avant d'établir une liste complète de tous les ingrédients qui le composent.

Il a également testé le "joint légal" afin d'élaborer un test permettant de détecter le "Spice" dans le sang. "Les effets se font ressentir au bout de quinze minutes, a-t-il expliqué à France 24. La bouche s'assèche, les yeux rougissent, la fréquence cardiaque s'accélère et la tension artérielle augmente. Spice agit comme de nombreux psychotropes, la concentration diminue considérablement et ce pendant cinq à six heures."

"Spice", bâtons d'encens, même combat ?

Le pot-pourri à fumer pourrait donc bientôt rejoindre les rangs des drogues douces illégales. Les autorités souhaitent en interdire la vente dès que les analyses des composantes de "Spice" auront abouti à des résultats fiables.


Mais en attendant, comme le résume Kerstin Jüngling du bureau de la prévention de la dépendance à Berlin à France 24 : "Ne vous laisser pas berner par les vendeurs de "Spice" qui ont trouvé là un bon moyen de se faire de l'argent avec des herbes parfumées. Il ne vous viendrait pas non plus à l'idée de grignoter des bâtons d'encens !"
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.