GRÈCE - ÉMEUTES

L’opposition critique un gouvernement “corrompu”

Le principal dirigeant d’opposition grec, George Papandreou, déclare à FRANCE 24 que le gouvernement a “perdu la confiance” du peuple. Son parti a lui-même été éclaboussé par les affaires, mais il promet plus de "transparence".

Publicité

Dans une interview exclusive sur FRANCE 24, le chef de l’opposition grecque George Papandreou rend le gouvernement du premier ministre Costas Karamanlis seul responsable de la vague de violence qui secoue le pays depuis six jours.

 

Le dirigeant du parti de gauche Pasok se dit "très choqué et très inquiet" au sujet des émeutes qui ont éclaté après la mort d’Alexis Grigoropoulos, 15 ans, dans une fusillade avec la police samedi.

 

“Cette explosion sociale a des causes beaucoup plus profondes”, dit-il, affirmant qu’"il y a beaucoup de corruption au plus haut niveau du gouvernement". Il estime que plusieurs ministres du gouvernement Karamanlis auraient déjà du démissionner "à cause de leur responsabilité, non seulement dans la mort de cet enfant, mais aussi dans les nombreuses questions soulevées par la corruption et l’utilisation des fonds publics".

 

Il demande la démission du gouvernement et promet de donner "une nouvelle direction" à la Grèce si son parti arrive au pouvoir.

 

“Nous devons renforcer nos institutions démocratiques”

 

Lorsqu’on lui demande s’il adopterait une approche plus ferme envers les manifestants, éventuellement avec l’aide de l’armée, il rejette cette suggestion. "Quand j’étais enfant, j’ai vécu la dictature. Cela a été une expérience écrasante pour les Grecs. Nous devons renforcer nos institutions démocratiques", répond-il.

 

Papandreou déclare qu’il soutient les manifestations à conditions qu’elles soient "sans violence, contre la violence, pour une société plus humaine."

 

Interrogé sur les affaires de corruption qui ont touché son propre parti, Papandreou répond que le gouvernement de droite actuel y est enfoncé de manière encore plus systématique. "Les gens disent que nous avons un gouvernement corrompu, pas des cas de corruption. Nous montrerons une Grèce différente, avec transparence", promet-il.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine