ATTAQUES DE BOMBAY

Détention préventive prolongée pour l'unique suspect

Mohammed Ajmal Amir Iman, seul survivant du commando responsable des attaques meurtrières de Bombay du 26 au 29 novembre, a comparu devant un juge indien qui a prolongé sa détention provisoire jusqu'au 24 décembre.

Publicité

Lisez notre dossier consacré aux attaques de Bombay

 

 

AFP - L'unique survivant du commando de dix assaillants auteur des attaques coordonnées de Bombay du 26 au 29 novembre doit comparaître devant un juge indien jeudi en vue du prolongement de sa détention provisoire, ont indiqué à l'AFP de hauts responsables de la police.

Mohammed Ajmal Amir Iman "comparaîtra en vue du prolongement de sa détention provisoire", a déclaré le chef de la police de Bombay, Hassan Gafoor.

Il n'a pas donné d'autres détails, invoquant "des raisons de sécurité".

L'officier en charge de l'enquête, le chef de la brigade criminelle de Bombay, Rakesh Maria, a toutefois estimé peu probable que le suspect soit extrait du lieu tenu secret où il est interrogé.

"Nous avons demandé au magistrat de venir à la brigade criminelle étant donné le contexte en matière de sécurité", a-t-il expliqué, ajoutant que la comparution aurait probablement lieu avant jeudi midi (06H30 GMT).

Il a précisé que les enquêteurs étaient en train de finir de déterminer les chefs d'accusation, précisant qu'Iman serait probablement inculpé de "guerre contre le pays, meurtres, tentatives de meurtres et autres infractions à la législation sur les armes et les explosifs".

Iman, identifié par les autorités indiennes comme un ressortissant pakistanais, était l'un des 10 membres du commando islamiste lourdement armé qui a tué 163 personnes à travers Bombay, notamment dans deux hôtels de luxe et dans la principal gare ferroviaire, entre le 26 novembre au soir et le 29 au matin.

Unique survivant du groupe, il avait été arrêté le premier soir des attaques qui avaient transformé la capitale économique indienne en champ de bataille.


Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine