ÉNERGIE

L'AIE enregistre un recul de la demande mondiale en pétrole en 2008

Dans son dernier rapport, l'Agence internationale de l'énergie constate que la demande en pétrole s'est contractée en 2008 pour la première fois depuis 1983. L'AIE table sur un retour de la croissance de la demande mondiale en 2009.

Publicité

REUTERS - La demande pétrolière mondiale renouera avec la croissance en 2009 après avoir subi cette année sa première baisse depuis 1983, en raison du ralentissement économique international, a estimé jeudi l'Agence internationale de l'énergie (AIE).

 

Les prévisions de l'AIE pour l'an prochain contrastent nettement avec celles de l'agence américaine d'information sur l'énergie (EIA) qui table dans son dernier rapport publié mardi sur une contraction de 450.000 barils par jour (bpj) de la demande mondiale d'or noir en 2009, après un recul de 50.000 bpj attendu en 2008.

 

Dans son rapport mensuel, l'AIE a de son côté réduit son estimation de la demande pour 2008 de 350.000 bpj, à 85,8 millions de bpj, ce qui représente une baisse de 200.000 bpj par rapport à l'an dernier.

 

L'agence, qui conseille 28 pays industrialisés, table pour l'an prochain sur un rebond à 86,3 millions de bpj, sur la base de la prévision par le Fonds monétaire international (FMI) d'une reprise progressive de l'économie mondiale au second semestre.

 

"Notre hypothèse de travail repose sur une supposée résistance en dehors des régions de l'Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE), en dépit d'une croissance plus faible que ces cinq dernières années", écrit l'agence dans son rapport.

 

"Il y a eu peu de changements dans les données concernant la demande hors-OCDE (contrairement à celle relatives à l'OCDE) et nous résistons donc à la tentation d'abandonner le scénario de croissance pour 2009, en dépit d'indicateurs économiques plus faibles dans certains cas", peut-on lire dans le document.

 

L'AIE précise que les stocks pétroliers des pays membres de l'OCDE représentaient fin octobre 56,8 jours de demande, un niveau bien supérieur à la moyenne enregistrée sur les cinq dernières années.

 

Elle ajoute que la demande pour le pétrole de l'Opep devrait diminuer en 2009, à 30,7 millions de bpj contre 31,5 millions cette année.

 

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole devrait réduire sa production d'au moins un million de barils par jour (bpj) lors de sa réunion à Oran, en Algérie, mercredi prochain, pour enrayer la chute des cours.

 

 

 

 HAUSSE DES COURS

 

Le baril de brut léger américain a gagné du terrain après la publication du rapport de l'AIE, restant au-dessus des 45 dollars jeudi à la mi-journée, mais il a perdu plus de 100 dollars depuis son record de 147,27 dollars le 11 juillet dernier.

 

David Fyfe, de l'AIE, estime que les prévisions de l'agence témoignent toujours d'une faiblesse économique mondiale attendue en 2009.

 

"Une hausse de la demande de moins d'un demi-million de barils par jour indique encore un marché faible en 2009", juge-t-il.

 

L'AIE prévient par ailleurs que la demande hors-OCDE pourrait être révisée à la baisse en cas de dégradation des perspectives économiques.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine