IRLANDE

Remise partielle sur le marché de produits à base de porc

L'Irlande a autorisé la remise sur le marché des produits à base de porc certifiés sains par les autorités, et interdit toujours la vente de ceux provenant des élevages faisant l'objet de restrictions. L'abattage des porcs reste suspendu.

Publicité

AFP - Le ministère irlandais de l'Agriculture a annoncé mercredi qu'il autorisait la remise sur le marché des produits à base de porc certifiés sains, quatre jours après l'arrêt de toute commercialisation en raison de la découverte de dioxine dans neuf élevages du pays.

Ces produits pourront être à nouveau proposés à la vente à condition qu'il soit certifié qu'ils "sont entièrement à base de porcs qui ne proviennent d'aucun élevage faisant l'objet de restrictions", a indiqué le ministère dans un communiqué diffusé tard dans la soirée.

La décision du ministère irlandais ne concerne que la commercialisation des produits à base de porc "déjà en stock", a précisé une porte-parole du ministère, interrogée par l'AFP. L'abattage des porcs reste suspendu dans l'attente d'un accord entre le gouvernement et des représentants de la filière porcine qui réclament des indemnités compensatoires.

Ces pourparlers se poursuivaient encore pendant la soirée.

Selon la télévision nationale RTE One, des supermarchés devaient commencer à réapprovisionner leurs rayons en porc irlandais dès jeudi matin.

La remise sur le marché fait suite à un avis donné mercredi par l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA). Celle-ci a estimé que même une importante consommation quotidienne de porc hautement contaminé n'aurait "pas nécessairement des effets nocifs" sur la santé.

Le ministre irlandais de l'Agriculture, Brendan Smith, a précisé que les aliments à nouveau proposés à la vente porteront un étiquettage spécifique certifiant qu'ils sont sains et qu'ils n'ont pas été associés aux neuf élevages où de la dioxine a été découverte.

La découverte de cette substance cancérogène avait poussé les Irlandais à annoncer samedi soir le rappel de l'ensemble des aliments à base de porcs produits à partir du 1er septembre, commercialisés en Irlande et à l'étranger. L'abattage avait également été suspendu.

Cette alerte à la dioxine a durement touché la filière porcine irlandaise. Employant 6.000 personnes, elle exporte pour environ 400 millions d'euros de porcs. De nombreux pays, notamment européens, ont depuis renvoyé à leurs frontières les produits de porcs irlandais, qui s'entassent depuis des jours dans des unités de traitement. Environ 2.000 employés du secteur ont été mis au chômage technique.

Le gel total de la commercialisation irritait de plus en plus éleveurs et employés des abattoirs: Des tonnes de marchandises ne pouvaient pas être vendues en raison, soulignaient-ils, de la contamination de neuf fermes ne représentant que 10% de la production.

Mercredi midi, environ deux cents employés de la filière avait manifesté devant les bureaux de l'Agriculture à Dublin, pour réclamer un retour à la normale. Ce ne sera vraiment le cas que quand l'abattage aura repris.

Le ministre de l'Agriculture Brendan Smith a dit mercredi soir son "espoir" d'aboutir à un accord avec les abattoirs dans la nuit. Les représentants de la filière réclament plusieurs millions d'euros - le montant précis n'a pas été annoncé - de dédommagements.

Selon les premiers éléments de l'enquête, la contamination à la dioxine aurait été provoquée par une huile non conforme, utilisée pour faire fonctionner des machines de séchage des produits de boulangerie recyclés et intégrés à la nourriture pour porc.

Trois élevages de bovins nourris avec la même préparation ont été également contaminés mais le niveau des toxines est si faible que les autorités ont écarté le rappel des bêtes.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine