AUTOMOBILE

Face à un éventuel dépôt de bilan, General Motors s'entoure de conseillers

Le constructeur américain General Motors, qui accumule les pertes depuis plusieurs années, a embauché des conseillers juridiques et des banquiers pour se préparer "à toutes les éventualités", y compris celle d'un dépôt de bilan.

Publicité

AFP - Le constructeur américain General Motors a reconnu jeudi avoir embauché des conseillers juridiques et des banquiers pour se préparer "à toutes les éventualités", y compris celle d'un dépôt de bilan.

Le conseil d'administration du numéro un américain de l'automobile "s'est engagé à envisager toutes les options --comme c'est normal dans les affaires-- et a embauché les conseillers appropriés pour faire face à toutes les urgences envisageables", a souligné le groupe, dans un communiqué.

Jusqu'à présent, le PDG de GM Rick Wagoner avait toujours plaidé qu'une restructuration du groupe sous la protection de la loi sur les faillites (Chapitre 11) était impraticable et aurait des conséquences dramatiques.

Cette position avait été perçue comme arrogante de la part d'un groupe qui accumule les pertes depuis plusieurs années. Une fraction importante du Sénat répugnait toujours jeudi à consentir au groupe le prêt relais indispensable pour lui éviter une crise de liquidités dans les toutes prochaines semaines.

Dans son communiqué, le conseil d'administration de General Motors a redit qu'il avait bien discuté de l'option d'une restructuration du groupe après dépôt de bilan. "Mais il n'a pas conclu que c'était une solution viable face aux problèmes de liquidités de la compagnie", a-t-il ajouté.

"Comme la direction du groupe l'a déjà mentionné, le problème de liquidités de l'entreprise tient aux conditions actuelles des marchés financiers et du crédit et seraient tout simplement exacerbées par l'effet probable d'un dépôt de bilan sur les ventes aux particuliers", a-t-il fait valoir.

Selon le quotidien économique Wall Street Journal, qui cite des personnes proches du dossier, GM a embauché plusieurs experts renommés dans le domaine du droit des faillites. Parmi les personnes recrutées figure l'avocat Harvey Miller, qui a travaillé avec la banque d'affaires Lehman Brothers.

Le syndicat des ouvriers de l'automobile UAW aurait pour sa part demandé à la banque d'affaires Lazard de l'aider à renégocier un fonds d'assurance santé mis sur pied par GM, Ford et Chrysler, selon le quotidien.

Ces informations interviennent alors que le Congrès américain débat sur un plan de 14 milliards de dollars pour aider GM et Chrysler, à court de liquidités, à passer l'année.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine