ÉTATS-UNIS

Le Sénat rejette le plan d'aide au secteur automobile

Les sénateurs républicains ne sont pas parvenus à s'entendre sur le plan d'aide de 14 milliards de dollars destiné aux constructeurs automobiles. Il revient au secrétaire au Trésor de décider d'un recours éventuel aux fonds publics.

Publicité

Reuters - Les sénateurs américains ne sont pas parvenus à s'entendre jeudi sur le plan d'aide aux constructeurs automobiles, ce qui a mis fin aux espoirs de voir le Congrès adopter le texte avant la fin de l'année.

"Il y a trop de divergences entre les négociateurs pour parvenir à un accord", a déploré le président de la chambre haute, Harry Reid. "C'est terminé", a-t-il ajouté. Le texte a par la suite été rejeté lors d'un vote de pure forme.

D'intenses négociations ont été engagées jeudi soir, mais elles ont achoppé sur des concessions salariales réclamées par le puissant syndicat United Auto Workers.

"Nous étions à trois mots d'un accord", a souligné le sénateur Bob Corker, élu républicain du Tennesse à l'origine de l'amendement qui posait problème et animateur des discussions.

Le débat sur le plan de sauvetage des constructeurs est terminé pour cette année et il revient désormais au secrétaire au Trésor, Henry Paulson, de décider d'un éventuel recours aux fonds publics pour venir en aide aux constructeurs, a-t-on déclaré de source parlementaire.

La Maison blanche a exprimé ses regrets après l'échec des discussions sur le texte, qui, selon elle, offrait la meilleure chance d'éviter des dépôts de bilan.

Le plan adopté mercredi en première lecture par la Chambre des représentants prévoit d'accorder jusqu'à 14 milliards de dollars de prêts à court terme ou de lignes de crédit aux trois grands constructeurs de Detroit, General Motors , Ford et Chrysler. Il crée aussi un poste de superviseur du secteur au sein du gouvernement fédéral.

L'argent devrait épargner à General Motors et Chrysler une faillite qui menace selon eux à l'horizon de mars prochain en raison des répercussions de la crise du crédit sur leur trésorerie et leurs ventes. Ford ne réclame pas une aide immédiate mais une ligne de crédit au cas où.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine