ISRAËL

Livni ne veut pas "pousser les Arabes israéliens au départ"

Tzipi Livni, chef de la diplomatie israélienne, a nié vouloir "pousser les Arabes israéliens au départ". Elle avait provoqué la veille de vives réactions en affirmant que leurs aspirations nationales ne pouvaient pas s'exprimer en Israël.

Publicité

Correspondantes FRANCE 24 à Jérusalem, Israël.

AFP - La ministre israélienne des Affaires étrangères et chef du parti centriste Kadima, Tzipi Livni, a exclu vendredi une expulsion des Arabes israéliens après la création d'un Etat palestinien.

"Les revendications nationales (des Arabes israéliens) devront être concrétisées ailleurs (qu'en Israël) dans le cadre d'un Etat palestinien, mais il n'est pas question de procéder à un transfert ou de les pousser au départ", a affirmé Mme Livni, à la radio publique.

"Je suis prête à renoncer à une partie du pays sur lequel je pense que nous avons des droits pour qu'Israël soit un Etat juif et démocratique dans lequel les citoyens auront des droits égaux quelles que soient leur religion et leur appartenance", a ajouté Mme Livni à propos de la création d'un Etat palestinien.

Elle a fait ces déclarations après avoir provoqué jeudi des remous en affirmant que les aspirations nationales des Arabes israéliens ne pourraient s'exprimer que dans un Etat palestinien.

Une fois l'Etat palestinien créé, "nous pourrons dire aux citoyens palestiniens d'Israël, ceux que nous appelons les Arabes d'Israël, la solution à vos aspirations nationales se trouve ailleurs", avait affirmé Mme Livni.

Le député arabe israélien d'opposition Ahmed Tibi avait dénoncé ces propos en affirmant que Tzipi Livni "qui brigue le poste de Premier ministre se doit de dire les choses clairement" en référence aux élections législatives du 10 février en Israël.

"Propose-t-elle de laisser ici (en Israël) un million de citoyens sans droits politiques et identité nationale ou bien a-t-elle l'intention de transférer d'ici un million de citoyens arabes vers l'Etat palestinien, une fois cet Etat créé?", s'était interrogé Ahmed Tibi.

La communauté arabe israélienne qui compte 1,2 million de personnes (sur 7 millions d'habitants) rassemble les descendants de 160.000 Palestiniens restés sur leurs terres après la création de l'Etat juif en 1948.

Le porte-parole du président palestinien, Mahmoud Abbas, avait également dénoncé les déclarations de Tzipi Livni, estimant qu'"elles constituent une entrave au processus de paix et montrent qu'Israël n'est pas sérieux" dans sa volonté de règlement du conflit.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine