SUÈDE

Electrolux annonce la suppression de 3 000 emplois

Contraint de revoir ses prévisions de résultat à la baisse pour 2008, le groupe suédois d'électroménager a annoncé qu'il était dans l'obligation de supprimer 3 000 emplois dans le monde. La faute à la conjoncture économique.

Publicité

AFP - Le groupe suédois d'électroménager Electrolux a annoncé lundi qu'il allait supprimer plus de 3.000 emplois dans le monde et averti qu'il n'atteindra pas son objectif de résultat d'exploitation 2008 en raison d'une baisse de la demande.

"En raison d'une demande faible des équipements lors des deux dernières semaines de novembre et décembre, Electrolux ne pourra pas atteindre ses prévisions en 2008", a indiqué le groupe dans un communiqué.

"Au vu de la baisse marquée du marché, Electrolux va réduire le nombre de ses employés de plus de 3.000 lors du quatrième trimestre et en 2009", a ajouté le communiqué.

Le groupe, qui avait enregistré des résultats en berne au premier et au deuxième trimestre de cette année, s'était redressé au 3ème, dégageant un bénéfice net de 847 millions de couronnes suédoises (84,7 millions d'euros).

Mais la crise l'a désormais rattrapé. "Il ne sera pas possible d'atteindre notre objectif d'un bénéfice d'exploitation en 2008 de 3,3 à 3,9 milliards de couronnes, hors éléments exceptionnels", selon le communiqué.

Electrolux a estimé que ces mesures pour réduire les emplois coûteront 1,2 milliard de couronnes.

Selon le suédois, ces réductions de personnel permettront à partir de 2010 de réduire les coûts d'1,1 milliard de couronnes par an.

Fin 2007, Electrolux comptait 57.000 employés.

Le groupe vend plus de quarante millions d'aspirateurs, réfrigérateurs et autres appareils électroménagers dans 150 pays chaque année.

Avec des ventes en baisse sur ses principaux marchés en Europe et en Amérique du nord, le groupe avait initié, il y a plus d'un an, un plan de restructuration afin de réduire ses coûts de production qui s'est traduit par un programme de délocalisation dans les pays où la main d'oeuvre est moins chère.

En outre, pour compenser la hausse des coûts des matières premières, le suédois applique une politique d'augmentation des prix.

Pour des effets positifs à plus long terme, il a par ailleurs lancé toute une gamme de produits aux Etats-Unis destinée à séduire la classe moyenne américaine.

Plusieurs grands groupes suédois ont déjà annoncé des suppressions d'emploi face à la crise mondiale.

La semaine dernière, SKF, premier fabricant mondial de roulements à billes, avait annoncé qu'il allait supprimer 2.500 emplois dont 1.300 intérimaires en raison de l'aggravation de la situation dans le secteur automobile.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine