CLANDESTINS

Huit Syriens et un Libanais condamnés pour trafic organisé

Huit Syriens et un Libanais ont été condamnés par la justice française pour avoir organisé le transport et le débarquement clandestin de 910 Kurdes sur une plage de Saint-Raphaël en 2001.

Publicité

AFP - Huit Syriens et un Libanais, reconnus coupables d'avoir organisé le transport et le débarquement clandestin de 910 Kurdes, en 2001, sur une plage de Saint-Raphaël (Var) ont été condamnés mardi à des peines d'un à dix ans de prison par le tribunal correctionnel de Draguignan.

Le tribunal qui a également prononcé pour tous les condamnés une interdiction définitive du territoire français a suivi les réquisitions du procureur de la République, Philippe Guémas.

Les juges ont condamné par défaut à 10 ans de prison les Syriens Majeed Mohammad, 34 ans, Abdulkader Houban, 34 ans et Sali Lukman, 35 ans, considérés comme les organisateurs du réseau.

Selon le procureur, Majeed Mohammad était un proche des services secrets et du pouvoir syrien.

Les passeurs syriens Ramadan Sulaiman, 37 ans et Ali Ben Hassan Khalife, 41 ans ont été condamnés à 8 ans de prison.

Le propriétaire du bateau, le Libanais Wissam Abbas Al Rai, 36 ans, et un marin syrien ont été condamnés respectivement à 6 et 8 ans.

Le tribunal a lancés pour tous des mandats d'arrêt internationaux.

Les deux Syriens présents à l'audience, les frères Khabat Dakkouri, 31 ans gérant de société en Allemagne et Anwar Dakkouri, 36 ans, commerçant hébergé chez son oncle à Nice, ont été condamnés à un an de prison.

Dans la nuit du 17 au 18 février 2001, un vieux vraquier rouillé battant pavillon cambodgien, le "ZHDE East Sea", s'était échoué sur une plage de Boulouris, à l'est de Saint-Raphaël. A l'intérieur, les sauveteurs avaient découvert 910 personnes, dont 180 femmes et 480 enfants, hébergées à fond de cale dans des conditions de total dénuement et d'insalubrité.

Tous prétendaient être de nationalité irakienne et avoir voulu fuir le régime de Saddam Hussein. Mais très rapidement, leur audition révélait que l'échouage du bâtiment était volontaire et que l'expédition avait été commanditée de Syrie et du Liban dans le cadre d'un véritable réseau organisé.

Il apparaissait que les "naufragés", dont la majorité étaient irako-kurdes originaires de la région de Mossoul, dans le nord de l'Irak, et les autres de nationalité syrienne avaient payé les passeurs. L'embarquement avait eu lieu dans le golfe d'Iskenderun (Turquie) et près de Saïda (Liban) et la traversée avait duré dix jours.

L'opération aurait rapporté aux organisateurs 1,8 million de dollars, selon les enquêteurs.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine