AUDIOVISUEL PUBLIC

Sarkozy prêt à revoir le financement, selon Morin

Le ministre de la Défense et président du Nouveau Centre, Hervé Morin, assure que le président Sarkozy a pris l’engagement de créer un groupe de travail sur le financement de l’audiovisuel public devant la gronde des députés de son parti.

Publicité

Cliquez ici pour retrouvez l'interview intégrale d'Hervé Morin, invité de Roselyn Febvre sur le plateau de "Politiques"

 


Petit évènement à l’Assemblée mercredi. Le groupe des députés du Nouveau Centre (NC), parti de la majorité, a voté contre son partenaire, l’UMP, pour la première fois depuis l’élection de Nicolas Sarkozy en 2007.

 

Seulement 6 députés sur 23 ont approuvé la réforme de l’audiovisuel public, qui a néanmoins été adoptée par 293 voix contre 242.

 

Motif de la discorde : le calendrier et surtout le mode de financement retenu pour compenser la suppression de la publicité sur les chaînes publiques. Le texte prévoit la création de deux taxes nouvelles sur les chaînes privées et les fournisseurs d'accès Internet. Le groupe NC souhaiterait plutôt que la redevance audiovisuelle soit augmentée.

 

Le ministre de la Défense Hervé Morin, président du Nouveau Centre, contrairement à la majorité des députés de son parti, soutient la réforme de Nicolas Sarkozy.

 

Il assure au micro de France 24.com que les positions de son parti ont été entendues : "Lors d’une réunion à l’Élysée lundi dernier (15 décembre, ndlr), Nicolas Sarkozy a dit qu’il voulait créer un groupe de travail pour faire évoluer et moderniser la redevance."


Le texte au Sénat à partir du 7 janvier


Cet engagement de Nicolas Sarkozy a été confirmé quelques heures après l’entretien par Maurice Leroy, porte-parole du parti : "Le président de la République a pris l'engagement qu'il y ait un groupe de travail
sur le financement, dans le cadre de la prochaine loi de finances." Il fait partie des députés ayant voté pour la réforme.

 

L’engagement du président de la République, pris lundi 15 décembre, n’a pas empêché le groupe de députés du Nouveau Centre de voter contre deux jours plus tard dans l'hémicycle.

 

Après plus de trois semaines de débats à l'Assemblée, le texte sera examiné au Sénat à compter du 7 janvier.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine