SKI - COUPE DU MONDE

L'Autrichien Michael Walchhofer ajoute la descente à son palmarès

Le vétéran de 33 ans Michael Walchhofer a remporté la descente de la Coupe du monde de ski alpin à Val Gardena. L'Autrichien, qui inscrit ainsi la 14e victoire de sa carrière, est le seul non américain parmi les cinq premiers.

Publicité

AFP - L'Autrichien Michael Walchhofer a confirmé ses aptitudes à dévaler la piste Saslong (Long caillou) de Val Gardena où il a remporté samedi la descente de Coupe du monde de ski alpin, sa 3e victoire, dont une en super-G, et le 7e podium dans la station italienne.

En signant le 14e succès de sa carrière sur le circuit majeur, l'hôtelier d'Altenmarkt (région de Salzbourg) a aussi empêché la mainmise totale de l'armada nord-américaine, qui a placé quatre représentants dans les "cinq" et sept dans les "dix".

L'Américain Bode Miller et le Canadien Manuel Osborne-Paradis ont accompagné "Walchi" sur le podium, le premier de l'Autriche en descente cette saison.

"C'est une piste sur laquelle j'ai mis du temps pour gagner mais qui m'a toujours séduit. Il faut être à la fois agressif et faire preuve de sensibilité dans les larges courbes, garder de la vitesse", a souligné Walchhofer, 33 ans.


Pilier

Quand la Wunderteam est en difficulté dans la discipline reine, elle peut invariablement compter sur le grand (1,92 m) Michael, aussi bonne pâte pour les suiveurs du cirque blanc qu'intraitable désormais sur la Saslong.

Trois années de suite, la montagne l'avait repoussé à la 2e place, derrière son compatriote Stefan Eberharter (2001) puis à la botte du Français Antoine Dénériaz (2002/2003).

Walchhofer, qui mettra un terme à sa carrière après les JO de Vancouver en 2010, n'égalera probablement jamais le record de victoires (quatre, toutes en descente) détenu conjointement par l'Autrichien Franz Klammer et l'Italien Kristian Ghedina. Mais il aura participé en première ligne à son histoire.

Même le parcours raccourci, le départ ayant été abaissé de 82 mètres en raison du fort vent, n'a pas gêné le spécialiste. "Mais je suis quand même surpris par ce succès, surtout après ma 40e place en super-G hier (vendredi), un jour noir", a souligné le vainqueur.

"Les conditions de course n'étaient pas parfaites. Mais c'est bien pour moi et aussi pour toute l'équipe d'Autriche. Cela faisait un an qu'on ne gagnait pas en descente, depuis ma victoire ici même", a rappelé le père de trois enfants, dont des jumeaux.


NorAm

S'il n'y avait eu Walchhofer, Val Gardena aurait été terre de conquête sans partage entre +larrons+ canadiens et américains. "On aurait pu se croire dans une NorAm (le circuit équivalent, outre-Atlantique, de la Coupe d'Europe)", a plaisanté Osborne-Paradis.

"On est jeunes, on en veut. C'est un super groupe. On est devenus amis, même si Canadiens et Américains, on ne s'entraîne pas ensemble. Ici, on était dans le même hôtel et c'est probablement la qualité... de la cuisine qui nous fait aller vite", a expliqué le Canadien de la Côte Ouest. Dans cette course à l'excellence, Erik Fischer, 23 ans, s'est mis en évidence, 7e avec le dossard 52.

Encore meurtri par son crash en descente à Beaver Creek, il y a deux semaines, Miller, qui s'entraîne au sein de sa structure privée, a eu des mots d'encouragement pour les "boys" se lançant dans ses traces.

Comme la veille en super-G, quelques favoris ont payé un lourd tribut aux conditions changeantes de luminosité et au fartage, notamment le Suisse Didier Cuche, 12e. Le Norvégien Aksel Lund Svindal, seulement 34e, conserve la tête du classement général.

Dans ce contexte, les Français n'ont pas démérité avec Johan Clarey, 11e à 1 sec 67, "malgré une petite faute dans le Ciaslat qui me coûte 3/4 places", et le jeune Guillermo Fayed, 20e.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine