Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les orangs-outans meurent pour des biscuits

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : Martin Fayulu tend la main à Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Gaspard Gantzer : "Sur les carburants, le gouvernement doit continuer à expliquer"

En savoir plus

LE DÉBAT

Gaza : annonce d'un cessez le feu

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Un monde à portée de main", le roman en trompe-l'œil de Maylis de Kerangal

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Uhuru Kenyatta : "Aucun pays ne peut combattre seul le terrorisme"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Christine Lagarde et Jim Yong Kim : "Il faut un multilatéralisme plus inclusif"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Un opposant à Maduro raconte sa détention dans les geôles du Venezuela

En savoir plus

FOCUS

L'Arabie saoudite accroît investissements et influences en Bosnie

En savoir plus

Afrique

Ban Ki-moon se félicite de la libération de Sidi Ould Abdallahi

Texte par AFP

Dernière modification : 23/12/2008

En résidence surveillée depuis 137 jours à la suite d'un coup d'État militaire, le président déchu Sidi Ould Cheikh Abdallahi a été relâché dimanche. Une libération dont se félicite le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon.

AFP - Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon s'est félicité dimanche soir de la remise en liberté du président mauritanien déchu Sidi Ould Cheikh Abdallahi, renversé le 6 août 2008 et qui était en résidence surveillée depuis 136 jours.

M. Ban "se félicite également de la levée des autres restrictions pesant sur lui depuis qu'il a été renversé par un coup d'Etat" mené par un groupe de hauts officiers qu'il venait de destituer, déclare un porte-parole non identifié du secrétaire général de l'ONU dans un communiqué.

Le président déchu était officiellement "en résidence surveillée" depuis 136 jours, d'abord dans une villa à Nouakchott, puis à son domicile de son village natal de Lemden (250 km de la capitale).

Quatre véhicules militaires sont venus le prendre à Lemden et l'ont ramené dimanche aux premières heures à son domicile privé de Nouakchott, a annoncé anonymement une source sécuritaire à l'AFP.

"Il est désormais libre de ses mouvements", a ajouté cette source.

Immédiatement après son arrivée dans la capitale, le président a néanmoins regagné par ses propres moyens Lemden, ses proches et ses sympathisants dénonçant les conditions de ce transfèrement "contre son gré" à Nouakchott.

Première publication : 22/12/2008