AFFAIRE MADOFF

Un homme d'affaires, frappé par la fraude, se suicide

Thierry de la Villehuchet, cofondateur d'Access International et âgé de 65 ans, s'est suicidé à New York, selon le site Internet du quotidien La Tribune. Sa société a levé des fonds en Europe pour les investir chez Bernard Madoff.

Publicité

AFP - Une première mort liée au scandale Madoff est survenue mardi à New York, où un homme d'affaires français, Thierry de La Villehuchet, co-fondateur du gestionnaire de fonds Access International, s'est suicidé dans son bureau de Manhattan.

Le corps sans vie de Thierry de La Villehuchet, 65 ans, a été trouvé peu après 7 heures du matin par un agent de sécurité de l'immeuble de Madison Avenue où se trouve le siège d'Access International, a indiqué la police, moins de deux semaines après la découverte de la fraude portant sur 50 milliards de dollars.

Cette société qu'il avait fondée gérait environ 2 milliards d'euros d'actifs pour le compte de clients européens, dont 1,5 milliard étaient investis auprès de Bernard Madoff "dans le cadre du fonds Luxalpha déposé chez UBS", a expliqué à l'AFP à Paris un proche du défunt.

"J'ai eu au téléphone un membre de son équipe qui m'a confirmé que Thierry s'était suicidé dans la matinée dans son bureau. Les policiers sont sur place", a indiqué cette source. Une autopsie était en cours dans l'après-midi à l'Institut médico-légal de New York, mais aucune conclusion n'était encore rendue publique.

"Access était toute sa vie, et Madoff était un gérant en qui il avait toute confiance. J'ai déjeuné il y a quinze jours avec lui et il m'a dit qu'heureusement pour lui, Madoff était le seul gérant qui s'en sortait bien en ce moment", a raconté cette source.

M. de La Villehuchet, décrit par ce proche comme un "type parfaitement honnête", avait "des équipes sur place (chez le financier américain) qui enregistraient toutes les opérations faites par Madoff. Il ne pouvait s'imaginer que c'étaient des faux documents".

Après la révélation de l'affaire, il était "effondré" et craignait que ses clients n'intentent des actions en justice contre lui, a-t-il poursuivi.

"Je le connais depuis 1992, c'était un original, un homme très chaleureux, un travailleur acharné, qui faisait le tour de tous ses clients, ne rentrant qu'occasionnellement chez lui, et un fou de régate".

Il était marié et n'avait pas d'enfant.

"C'était un homme d'honneur et d'humour, très drôle, fou de voile, et le suicide parait d'ailleurs cohérent avec le personnage qu'il était", a indiqué à l'AFP Marie-Monique Steckel, présidente du FIAF (French Institute-Alliance française) et amie de longue date.

Le scandale Madoff, une des plus grosses ecroqueries jamais enregistrées, a éclaté le 11 décembre lorsque le financier de 70 ans a été arrêté à New York et accusé d'une fraude "pyramidale" portant sur 50 milliards de dollars.

Depuis des décennies, cet ancien président du Conseil d'administration d'une des deux bourses de New York, le Nasdaq, jouissait à travers le monde d'une réputation d'investisseur très performant alors qu'il avait monté un "schéma de Ponzi", un montage frauduleux qui consiste à rémunérer un investisseur avec l'argent apporté par un autre.

Bernard Madoff est actuellement assigné à résidence 24 heures sur 24 dans son luxueux appartement de Manhattan, il porte un bracelet électronique et a remis son passeport aux autorités, tandis que sa femme a gagé plusieurs de ses propriétés.

Plusieurs enquêtes sont en cours sur certains de ses anciens collaborateurs, sur le petit cabinet qui auditait ses comptes ainsi qu'au sein de la SEC, le gendarme boursier américain, qui n'a presque pas réagi à de multiples alertes sur les irrégularités possibles dans la société de M. Madoff.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine