ZIMBABWE

Les militants accusés de complot toujours détenus

Les neufs militants des droits de l'Homme accusés de recrutement en vue d'un complot contre le régime sont toujours détenus. Selon un avocat de la défense, la police n'a pas respecté la décision d'un juge de les transférer à l'hôpital.

Publicité

AFP - Neufs militants zimbabwéens des droits de l'Homme, accusés de complot, étaient toujours détenus jeudi matin malgré une décision de justice demandant mercredi soir leur transfert vers un hôpital, a-t-on appris auprès d'un de leurs avocats.

"La police n'a pas respecté la décision du tribunal", a indiqué à l'AFP un de leurs avocats Beatrice Mtetwa. "Je doute qu'elle le fasse", a-t-elle ajouté.

Jestina Mukoko, directrice de l'ONG Zimbabwe Peace Project (ZPP), deux de ses employés et six autres militants, ont été accusés mercredi d'avoir recruté ou incité des personnes pour suivre un entraînement militaire au Botswana dans le but de renverser le gouvernement du président Robert Mugabe, selon la défense.

Le tribunal a ordonné qu'ils soient transférés de leur lieu de détention dans un hôpital où ils seront sous "surveillance policière". Les neuf inculpés ont été placés en détention provisoire jusqu'au 29 décembre.

Jestina Mukoko avait été enlevée chez elle le 3 décembre par des hommes armés se présentant comme des policiers et retenue dans un lieu inconnu. L'Union européenne (UE) avait demandé sa libération le 12 décembre.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine