GUINÉE

Moussa Dadis Camara, de l'armée à la tête de la junte

Le capitaine Moussa Dadis Camara, nommé nouveau chef d'État de la Guinée par les putschistes, a passé 17 ans dans l'armée, où il a fait carrière à l'intendance. En 2007 et 2008, il a participé activement à des mutineries.

Publicité

Le capitaine Moussa Dadis Camara, qui revendique être le nouveau "président" de la Guinée depuis que les militaires putschistes l'ont choisi pour chef mercredi, a passé 17 ans dans l'armée guinéenne.


"Nous n’avons aucune intention de nous éterniser au pouvoir, affirme-t-il à l’envoyé spécial de FRANCE 24 en Guinée, Franck Berruyer (cf. reportage ci-contre). Après 18 mois, nous devrons faire une élection libre et transparente, de façon digne, pour honorer la Guinée et l’armée guinéenne." Sur les ondes de RFI, le capitaine a par ailleurs assuré qu’il n’avait "pas l'ambition d'être candidat à l'élection présidentielle".


Selon plusieurs de ses camarades, interrogés par l'AFP, ce quadragénaire fut l'un des meneurs, au printemps 2007, de la révolte des soldats qui réclamaient notamment le paiement d'arriérés de soldes et une augmentation de leur traitement. Les violences avaient fait au moins huit morts.

 

Il a aussi activement participé aux mutineries de mai 2008, quand des soldats mécontents réclamèrent, avec succès, le paiement de prises promises et la libération de militaires détenus. Des affrontements entre policiers et militaires avaient alors fait près de 180 morts, selon les organisations non-gouvernementales.


Toutefois, Moussa Dadis Camara se présente comme celui qui "calmait les choses" en cas d'"événements". C’est du moins ce qu’il a affirmé mercredi devant la presse.


Originaire du village de Kouré, dans la région de N'Zérékoré (1 000 km au sud-est de Conakry), où son père était paysan, il a fait ses études à la faculté de droit et de sciences économiques de l'université Abdel-Nasser de Conakry. Selon ses camarades, il ne s'y est pas révélé brillant élève.


C'est en 1990 qu'il incorpore l'armée, six ans après le coup d'Etat qui a porté au pouvoir le général Lansana Conté.


Il y fait carrière à l'intendance, comme "chef de section carburant" puis comme directeur général des hydrocarbures de l'armée.


Selon le commandant Facinet Camara, qui dit avoir été son instructeur, "il est issu de la dernière promotion du cours d'état-major" en Guinée et a "fait des stages à l'étranger, notamment en Allemagne".


Des militaires qui l'entouraient après sa nomination comme chef de la junte ne lui ont attribué que des "qualités", le décrivant comme "quelqu'un de gentil, très sociable", "homme d'action au tempérament très chaud qui aime trouver immédiatement des solutions aux problèmes". Il est réputé "gros travailleur", "très ambitieux".


Lui-même affirme n'être "pas parvenu au pouvoir par hasard" mais en raison de "beaucoup de qualités", vantant son "esprit patriotique" ou sa "générosité". Reste à savoir si ce "capitaine-président" arrivera à affirmer son pouvoir sans l’usage de la force et en organisant, comme il le promet, des élections démocratiques en 2010.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine