PAKISTAN - ISLAMABAD

Le Marriott rouvre ses portes trois mois après un attentat

L'hôtel de luxe Marriott d'Islamabad rouvre une soixantaine des 289 chambres trois mois après avoir été détruit par un attentat suicide qui avait tué 60 personnes. Les travaux ont porté sur des mesures de sécurité supplémentaires.

Publicité

AFP - Trois mois après avoir été dévasté par un énorme attentat suicide, le plus meurtrier de l'année au Pakistan, l'hôtel de luxe Marriott d'Islamabad, rénové et ultrasécurisé, rouvre dimanche avec l'espoir de redevenir la "forteresse" des élites qu'il était auparavant.

Le 20 septembre dernier, un camion conduit par un kamikaze et chargé de 600 kgs d'explosifs s'enflammait devant la barrière de sécurité de l'hôtel.

La gigantesque explosion, qui tua 60 personnes et blessa plus de 250 autres, secoua littéralement le coeur de la capitale pakistanaise, proche du palais présidentiel et de plusieurs ministères, abîmant des centaines de bâtiments.

L'attaque, qui laissa la carcasse calcinée du bâtiment et un énorme cratère de 8 mètres de profondeur, tua de nombreux employés de l'hôtel, ainsi que l'ambassadeur de République Tchèque, deux Américains et une Vietnamienne, choquant la communauté internationale, habituée des lieux.

Peu après, Sadruddin Hashwani, patron du groupe Hashoo, propriétaire de l'hôtel, s'était audacieusement engagé à reconstruire l'hôtel, promettant d'en faire une "forteresse" encore plus solide qu'"avant" l'attentat, attribué par les autorités à un groupe islamiste sunnite interdit, le Lashkar-e-Jhangvi.

Trois mois d'intenses travaux de rénovation plus tard, M. Hashwani, l'un des hommes les plus riches du Pakistan, est sur le point de tenir parole, au moins en partie, avec la réouverture dimanche d'une soixantaine des 289 chambres.

Le nouveau Marriott a surtout intégré de "nouveaux concepts de sécurité" propres à dissiper les craintes des clients, explique à l'AFP le directeur opérationnel du groupe Hashoo, Peter Alex, persuadé qu'il "sera le Fort Knox du Pakistan", en référence au lieu où les Etats-Unis gardent leurs réserves d'or.

Cette "réouverture en douceur" va "redonner de la vie à un hôtel qui est le centre névralgique d'Islamabad depuis plus de 30 ans", assure M. Alex, qui prévoit sa réouverture complète en mars prochain.

Trois mois de travail acharné des quelque 2.000 personnes employées pour faire ressusciter l'hôtel n'ont pas effacé toutes les traces de l'attentat.

Mais le luxe y a repris ses quartiers, à commencer par le hall de l'hôtel, enluminé de nouveaux lustres, tout comme les restaurants où les diplomates étrangers et l'élite pakistanaise avaient l'habitude de se rencontrer.

Tous ces restaurants (chinois, libanais, thaïlandais, japonais, américain, etc.) "sont prêts à accueillir les invités", assure au passage Peter Alex.

Et dans les chambres, décorées de meubles, peintures et tapis dernier cri, la tenace odeur de fumée longtemps laissée par l'incendie a disparu.

Devant l'hôtel fraîchement repeint se dresse désormais un mur antibombe de 3,5 mètres de haut et 4 mètres d'épaisseur, capable selon M. Alex d'absorber le choc d'une explosion massive comparable à celle du 20 septembre.

Pour entrer, chaque visiteur devra désormais passer par un sas antibombe incrusté dans le mur et paré de scanners sophistiqués, explique-t-il.

L'hôtel ne comptera plus aucun parking, et même les clients les plus importants devront être déposés devant l'entrée principale par leur véhicule, qui devra aussitôt quitter les lieux, précise-t-il.

Ces mesures ne sont pas propres au Marriott, selon le spécialiste des questions de sûreté pakistanais Talat Masood, qui souligne que la sécurité a été largement renforcée dans toute la capitale ces trois derniers mois.

"La reconstruction du Marriott est un signal fort montrant qu'aucun terroriste ne peut effacer la vitalité du peuple pakistanais", estime-t-il.

"Avoir reconstruit l'hôtel en quelques mois est un succès pour Sadruddin Hashwani", note M. Masood, en estimant que si les clients vont peut-être hésiter à retourner immédiatement au Marriott, le taux d'occupation devrait ensuite grimper rapidement.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine