PAKISTAN

Au moins 20 morts dans un attentat à la voiture piégée

Au moins vingt personnes ont été tuées dans un attentat à la voiture piégée dans le nord-ouest du Pakistan. La bombe, qui a complètement détruit une école et endommagé plusieurs maisons, a également blessé 14 personnes.

Publicité

AFP - Vingt personnes ont été tuées dimanche et 14 blessées dans un attentat à la voiture piégée à proximité d'un bureau de vote dans le nord-ouest du Pakistan, selon un nouveau bilan communiqué par la police.

La bombe a détruit une école de la ville de Bunir, près de la vallée de Swat, où la population était appelée à une élection partielle, a indiqué la police.

"Vingt personnes ont été tuées et 14 blessées dans une puissante explosion à la voiture piégée à côté d'un bureau de vote", a indiqué à l'AFP un responsable local de la police, Berhramand Khan.

Dans l'immédiat, il n'était pas clairement établi si la bombe a été actionnée à distance ou si un kamikaze l'a fait exploser.

"La bombe était si puissante qu'elle a complètement détruit l'école et endommagé plusieurs maisons voisines", a ajouté le responsable policier, précisant que des victimes se trouvaient encore sous les décombres et que le bilan pourrait s'alourdir.

Deux policiers figurent parmi les 20 morts, a-t-il encore indiqué.

La police a trouvé sur place des débris de voiture, ce qui pourrait indiquer que la bombe était dissimulée à l'intérieur.

De nombreux habitants ont afflué vers le lieu de l'explosion pour aider à la recherche de survivants, ont indiqué à l'AFP des témoins.

"Ils ont fouillé les décombres à l'aide de pelles et d'autres outils, alors que des personnes coincées sous les débris appelaient à l'aide", ont raconté ces témoins.

A la suite de l'attentat, l'élection a été reportée.

L'attentat n'a pas été revendiqué. De nombreux attentats à travers le Pakistan ont fait plus de 1.500 morts au cours des 18 derniers mois.

En février dernier, 44 personnes avaient été tuées et des dizaines blessées à Mingora, l'une des principales villes de la vallée de Swat, dans un attentat suicide lors des obsèques d'un responsable de la police, lui-même tué par une bombe.

La vallée de Swat, jadis l'un des sites touristiques les plus fréquentés du Pakistan, était devenue à l'automne 2007 un bastion d'islamistes dirigés par un chef religieux, Maulana Fazlullah, dont le mouvement, proche des talibans et d'Al-Qaïda, a été interdit.

Ils en ont été partiellement chassés par l'armée, qui les a pourchassés dans leurs derniers repaires des zones tribales voisines, le long de la frontière avec l'Afghanistan.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine