AFGHANISTAN

Au moins 20 morts dans un attentat-suicide dans l'est du pays

Vingt personnes, dont quatorze enfants, sont décédées dans un attentat-suicide visant un poste de contrôle. Par ailleurs, deux soldats canadiens de l'Otan ont trouvé la mort dans une attaque à la bombe perpétrée dans le sud du pays.

Publicité

AFP - Vingt Afghans, dont quatorze collégiens victimes d'un attentat suicide très meurtrier dans l'est, et deux soldats canadiens sont été tués dans le pays samedi et dimanche, ont annoncé les autorités afghanes, canadiennes et la force militaire de l'Otan en Afghanistan (Isaf).

L'attentat le plus meurtrier a eu lieu dans la province orientale de Khost, où un kamikaze au volant d'une voiture s'est fait exploser devant le siège des autorités du district d'Ismail Khail (ou Mando Zayi), à côté d'un collège où de nombreux enfants étaient venus voir les résultats de leurs examens.

"L'explosion a tué 16 Afghans et blessé 58 autres. Parmi les personnes tuées, on compte 14 enfants et un soldat", a annoncé l'Isaf dans un communiqué.

Un précédent bilan, fourni par les autorités locales, avait fait état de sept morts, dont quatre enfants, et d'une trentaine de blessés.

Le kamikaze "voulait faire exploser sa voiture dans le quartier général" où avait lieu une rencontre entre le gouverneur du district, Dawlat Khan Qayomi, et d'importants chefs tribaux du secteur, venus discuter de sécurité en vue des élections" présidentielles prévues en 2009, selon la police locale.

Repéré par un policier, il s'est fait exploser près de l'entrée principale du bâtiment, a-t-on ajouté.

Le gouverneur Qayomi a accusé les rebelles talibans, très actifs dans cette province frontalière du Pakistan, d'avoir mené cette attaque, qui n'était pas revendiquée dimanche en début de soirée.

Dans la province de Kandahar (sud), autre foyer de la rébellion, deux soldats canadiens de l'Isaf, un policier et un interprète afghans ont été tués samedi par un bombe alors qu'ils effectuaient une patrouille à pied, a annoncé un porte-parole militaire canadien.

Quatre autres soldats canadiens et un autre interprète afghan ont été blessés dans cet attentat, a-t-il ajouté.

Kandahar est l'un des bastions des rebelles talibans, chassés du pouvoir par la coalition militaire sous commandement américain à la fin 2001, et qui mènent depuis une insurrection meurtrière contre les forces afghanes et leurs alliés internationaux de la coalition et de l'Otan.

L'attaque a eu lieu alors que le ministre canadien de la Défense nationale, Peter Mackay, et son chef d'état-major, le général Walter Natynczyk, achevaient samedi une visite de trois jours à Kandahar.

Les soldats de l'Isaf sont chargés de soutenir les autorités locales et de combattre les rebelles. Plus de 290 soldats étrangers engagés dans les opérations de la coalition militaire sous commandement américain ou de l'Otan en Afghanistan ont été tués cette année, contre 230 en 2007, selon un bilan établi par l'AFP à partir du site internet indépendant icasualties.org.

Toujours à Kandahar, un membre du conseil provincial a été abattu samedi soir dans une mosquée, a annoncé à l'AFP un responsable local.

Dans la province voisine et tout aussi instable d'Oruzgan, un civil a été tué et deux blessés dimanche par l'explosion d'une bombe télécommandée devant un magasin de musique de Tirin Kot, la capitale de la province, selon la police. Lorsqu'ils étaient au pouvoir, entre 1996 et 2001, les talibans avaient interdit aux civils d'écouter toute musique non religieuse.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine