ESPACE - ÉTATS-UNIS

La Nasa cherche à éviter un autre désastre comme Columbia

La Nasa a rendu son rapport définitif sur l'accident de la navette Columbia en 2003 qui avait coûté la vie de l'équipage. L'agence reconnaît des lacunes de sécurité et fait des recommandations pour éviter une nouvelle catastrophe.

Publicité

AFP - La Nasa a publié mardi le rapport définitif sur l'accident de la navette spatiale Columbia le 1er février 2003 dans lequel l'agence fait notamment des recommandations pour améliorer les chances de survie des astronautes dans les futurs vaisseaux spatiaux.

Dans une description très détaillée des derniers moments des sept membres d'équipage de Columbia, qui s'est désintégrée lors de son retour dans l'atmosphère après une mission orbitale, la Nasa conclut que les ceintures de sécurité, les combinaisons spatiales et les casques des sept astronautes tués n'ont pas bien fonctionné.

Le rapport reconnaît ne pas avoir déterminé avec certitude si les astronautes étaient déjà morts ou inconscients du fait de la dépressurisation soudaine de la cabine avant que l'orbiteur ne perde le contrôle et se disloque en plusieurs morceaux.

Dans la mesure où les ceintures de sécurité n'ont "pas fonctionné, les astronautes inconscients ou déjà morts ont subi les mouvements de rotation sans que la partie supérieure de leur corps soit suffisamment attachée", écrivent les auteurs du document.

"Les casques non-intégrés et le manque de maintien du buste ont entraîné des blessures et des traumatismes fatals" sous l'effet des mouvements violents de la navette hors contrôle et ce juste avant sa désintégration, ajoutent-ils.

Ils recommandent que "les combinaisons de survie des astronautes soient conçues comme un système intégré répondant à plusieurs points faibles". Le rapport cite entre autre l'exposition à des températures extrêmes, la décompression, l'impact du vent à haut altitude, le contact avec des produits chimiques dangereux.

Le système actuel de protection individuelle des astronautes durant le lancement et le retour comprend un parachute mais qui doit être actionné manuellement. Le rapport préconise pour l'avenir des systèmes d'ouverture automatique.

Columbia s'était désintégrée lors de sa rentrée dans l'aphmosphère après que l'air chauffé à quelque 1.500 degrés Celsius sous l'effet du frottement à grande vitesse se fut engouffré dans un trou sur le bord d'attaque de son aile gauche, faisant fondre la structure interne en aluminium.

Cette brèche dans le système de protection thermique de l'aile avait résulté de l'impact d'un gros morceau de mousse isolante détaché du réservoir externe peu après le lancement.

A la suite de cet accident, la Nasa a procédé à d'importantes modifications pour réduire considérablement ce risque et mis en place des procédures d'inspection en orbite pour détecter des dégâts éventuels à la protection thermique des trois navettes restant dans la flotte.

La catastrophe de Columbia, qui a forcé la Nasa à clouer au sol ses orbiteurs pendant deux ans, était le deuxième accident d'une navette depuis le lancement de ce programme en avril 1981. Challenger avait explosé peu après son décollage le 28 janvier 1986, tuant les sept membres d'équipage.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine