Accéder au contenu principal

Bush reçoit Obama et d'anciens présidents

George W. Bush reçoit Barack Obama ainsi que d'anciens présidents américains pour un déjeuner à la Maison Blanche, 13 jours avant la passation de pouvoir entre les deux présidents.

Publicité

AFP - Le président américain élu Barack Obama retourne mercredi à la Maison Blanche pour un déjeuner exceptionnel avec George W. Bush et ses prédécesseurs, dans la perspective de l'une des passations de pouvoirs les plus délicates depuis longtemps.

Ce sera la première fois depuis 1981 que tous les présidents vivants se réuniront à la Maison Blanche, a dit mardi la porte-parole de M. Bush Dana Perino.

Il y aura MM. Bush et Obama et les 39ème, 41ème et 42ème présidents des Etats-Unis: Jimmy Carter (1977-1981), le propre père de M. Bush, George H. W. Bush (1989-93), et Bill Clinton (1993-2001).

Avant le déjeuner, les 43ème et 44ème présidents auront environ une demi-heure de tête-à-tête dans le Bureau ovale, 13 jours avant que le premier n'y cède définitivement la place au second le 20 janvier.

"Je suis sûre qu'ils parleront un peu des problèmes du moment", a dit Mme Perino sans préciser lesquels.

M. Obama prêtera serment dans une période où les problèmes ne manquent pas.

Il héritera de deux guerres et d'une récession économique. Depuis peu, il peut envisager de se retrouver avec une crise internationale majeure sur les bras: la guerre entre le grand allié israélien et le Hamas.

La porte-parole de M. Bush a indiqué que, dans une période de transition que certains vont jusqu'à décrire comme la plus difficile depuis Abraham Lincoln (1861-65), MM. Bush et Obama n'ont pas attendu le rendez-vous de mercredi pour se parler.

Elle a rappelé que les deux hommes avaient discuté au téléphone le 1er janvier. Depuis l'élection du 4 novembre, M. Bush a aussi appelé M. Obama par exemple pour l'informer des mesures qu'il prenait contre la crise financière.

M. Bush et ses collaborateurs mettent un point d'honneur à ce que la transition se passe le plus en douceur possible. Ils invoquent les difficultés du moment, mais aussi le danger que des terroristes ne mettent à profit la fin d'un cycle et le début d'un autre pour commettre un attentat.

 M. Obama reçoit chaque matin les mêmes briefings que M. Bush. Dans un pays où un changement de gouvernement entraîne un vaste mouvement de personnel dans l'administration, l'équipe Bush a ouvert ses portes à l'équipe Obama et a même préparé pour elle des plans d'urgence.

Elle s'est scrupuleusement gardée de commenter les décisions ou les intentions de M. Obama, arrivé dimanche à Washington de ses vacances à Hawaii pour faire avancer un gigantesque plan de relance de l'économie et installer sa famille dans l'hôtel Hay-Adams, en face de la Maison Blanche.

De son côté, M. Obama n'a cessé de se réfugier derrière le principe selon lequel il n'y a qu'un seul président en exercice pour se garder de s'exprimer sur la guerre entre Israël et le Hamas par exemple.

Ce sera la deuxième fois que M. Obama se rendra à la Maison Blanche depuis son élection le 4 novembre. Il avait reconnu les lieux le 10 novembre.

MM. Bush et Obama avaient parlé de questions intérieures et internationales, selon l'administration sortante. M. Bush a rapporté depuis avoir montré à son hôte les chambres que pourraient occuper les deux filles du couple Obama.

Selon M. Bush, qui a qualifié de "moment historique" l'avènement d'un président noir, c'est M. Obama lui-même qui a suggéré la réunion de tous les présidents passés, présent et à venir.

La porte-parole de M. Bush a signifié qu'entre présidents, la discussion serait à bâtons rompus, des petites affaires de famille aux grandes affaires du monde.

"Nous voudrions tous être de petites souris pour entendre la conversation. Mais voilà des dirigeants qui, seuls, peuvent comprendre ce que c'est que d'être dans la peau de l'autre", a-t-elle dit.

Avec l'intérêt des médias pour l'événement, la Maison Blanche devrait être transformée en "zoo", a-t-elle dit.

Ensuite, il sera temps pour M. Bush de retourner aux dispositions du départ: "Le style du président, cela a toujours été d'être prêt assez tôt, et lui et Mme Bush ont commencé à faire les cartons".
  

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.