Accéder au contenu principal

L'ANC lance sa campagne en vue d'une présidentielle cruciale

Jacob Zuma, chef du Congrès national africain (ANC), au pouvoir en Afrique du Sud, a détaillé le programme de sa formation. Laquelle se trouve confrontée, pour la première fois depuis 1994, à une véritable opposition politique.

Publicité

AFP - Le parti au pouvoir en Afrique du Sud, le Congrès national africain (ANC), a lancé samedi sa campagne électorale quelques mois avant un scrutin décisif pour cette formation qui sera confrontée, pour la première fois depuis la fin de l'apartheid en 1994, à une concurrence sérieuse.

"Camarades, c'est un honneur et un privilège de lancer officiellement le programme électoral de l'ANC pour 2009", a déclaré le chef du parti et actuel favori à la présidence Jacob Zuma devant des dizaines de milliers de partisans réunis dans un stade d'East London (sud).

"La tâche la plus importante en ce début d'année est de s'assurer que l'ANC remporte une victoire décisive aux élections. Pour ce faire, les membres de l'ANC doivent connaître le programme électoral et prendre une part active dans la campagne", a demandé M. Zuma, dont les propos étaient retransmis à la télévision nationale.

Le leader du parti au pouvoir depuis les premières élections multiraciales en 1994 a célébré les "quinze ans de construction de la nation" et le 97e anniversaire de sa formation.

Devant une banderole jaune aux couleurs du parti, "En travaillant ensemble, nous pouvons faire plus", M. Zuma a dressé un bilan positif des quinze années au pouvoir de l'ANC, tout en précisant que "beaucoup restait encore à faire".

Il a détaillé les domaines prioritaires pour les cinq prochaines années: "la création d'emplois et de moyens de subsistance décents; l'éducation; la santé; le développement rural, la sécurité alimentaire et la réforme agraire; la lutte contre la criminalité et la corruption".

L'Alliance démocratique, principal mouvement d'opposition au Parlement, a estimé que ce programme était "comme toujours long en promesses et court en crédibilité".

Dans un communiqué, son leader Helen Zille a fustigé les propos de son rival sur la lutte contre la pauvreté et le chômage, rappelant qu'environ 38% des Sud-Africains étaient sans-emploi et que deux habitants sur cinq vivaient dans la pauvreté.

"Si Zuma était sérieux sur son combat contre la corruption, il démissionnerait de l'ANC jusqu'à ce que son nom soit blanchi par la justice", a-t-elle renchéri.

Les poursuites à l'encontre du chef du parti au pouvoir, accusé de corruption, ont été invalidées en septembre mais le parquet général a fait appel de cette décision. La justice se prononcera lundi à ce sujet.

L'invalidation des poursuites, qui avait ouvert la voie à M. Zuma pour décrocher la présidence de l'Afrique du Sud, avait provoqué le départ anticipé en septembre du président Thabo Mbeki, suivi par la démission de plusieurs ministres.

Cette dissidence a débouché mi-décembre sur la création d'un autre parti, le Congrès du peuple (Cope), qui a de fortes chances d'écorner la suprématie du mouvement de libération aux prochaines élections, prévues au deuxième trimestre 2009.

Le président du Cope, Mosiuoa Lekota, a comparé samedi l'ANC à "un vieil homme qui ne peut que vieillir et s'affaiblir" et son parti à "un jeune homme qui ne peut que grandir" lors d'un meeting dans la banlieue de Durban (sud).

"Un jour, on va apprendre que le vieil homme prend sa retraite", a déclaré devant plusieurs centaines de militants l'ancien ministre de la Défense, dont les propos ont été rapportés par l'agence de presse sud-africaine Sapa.

Face à ces luttes de pouvoir, Nelson Mandela, dont la loyauté envers l'ANC a été remise en cause dans certains médias, a indiqué dans une lettre lue au rassemblement du parti au pouvoir "ne pas vouloir être impliqué dans ces (...) problèmes politiques", selon Sapa.

Le premier président noir d'Afrique du Sud a rappelé qu'il était un membre "loyal et dévoué" de l'ancien parti anti-apartheid.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.