Accéder au contenu principal

Les Tchèques à la tête de l'Union européenne

Le 31 décembre à minuit, la France a passé le relais à la République tchèque qui prend ainsi la tête de l'Union pour six mois. Mais les Tchèques sont réputés eurosceptiques et le président Vaclav Klaus n'hésite pas à pourfendre l'Europe.

Publicité

Un eurosceptisme lié à l'histoire

 

Membre depuis quatre ans de l’Union européenne, la République tchèque a la réputation d’être un pays eurosceptique. Le pays n’appartient pas à la zone euro et ne s’est pas encore prononcé sur le traité de Lisbonne. Une position qui tient, entre autres, du fait que le pays s’est souvent senti trahi par les grandes puissances européennes de Munich 38 à Prague 68.

 

 

La succession ne s'annonce donc pas des plus faciles : le Premier ministre libéral Mirek Topolanek va en particulier devoir monnayer avec le président Vaclav Klaus, farouche détracteur de la construction européenne. Mais c’est sans compter sur une nouvelle génération politique qui croit fermement à l'avenir européen.

 

 

 

 

 

Portrait d'un président anti-européen provocateur

 

Anti-européen et fier de l’être, Vaclav Klaus, le président tchèque, moustache parfaitement taillée et menton volontaire, a le sens de la répartie et de la provocation. Mais l’homme de 67 ans a beau être convaincu qu’"il ne se passera rien" pendant la présidence tchèque de l'Union, il n'a pas vraiment les armes pour gâcher la fête. Le rôle de cet ultra libéral qui juge stupide de lutter contre le réchauffement climatique est surtout honorifique. Même dans son propre parti, il a été mis en minorité sur l'Europe.

 

 

 

 

 

 

L'euro, une monnaie qui divise le pays


La question du passage à l'euro divise la société tchèque. Solidement réclamée par les industriels las d’être à la merci d’une monnaie locale volatile, la monnaie unique n’a pas encore totalement convaincu le gouvernement qui craint de voir la population ne pas en profiter. Selon le ministre des Finances, la République tchèque sera en mesure d’adopter l'euro "au plus tôt" le 1er janvier 2013. Mais la date définitive du grand saut sera annoncée en novembre 2009.

 

 

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.