Accéder au contenu principal
AUTORITÉ PALESTINIENNE

Paris prêt à travailler avec un gouvernement d'union

2 min

Le ministère français des Affaires étrangères a affirmé que Paris se dit disposé à "travailler avec un gouvernement [palestinien] d'union nationale qui respectera le principe du processus de paix".

Publicité

AFP - La France est prête à discuter avec un gouvernement palestinien qui intègrerait des membres du Hamas dès lors qu'il s'engagerait en faveur de la paix avec Israël, a déclaré mardi le ministère des Affaires étrangères.

"Nous sommes prêts à travailler avec un gouvernement d'union nationale qui respectera le principe du processus de paix et qui s'engagera dans des négociations avec Israël pour aboutir à la création d'un Etat palestinien vivant aux cotés d'Israël dans la paix et la sécurité", a déclaré à la presse le porte-parole du Quai d'Orsay, Eric Chevallier.

Il était interrogé pour savoir si Paris accepterait d'avoir des relations avec un gouvernement palestinien comprenant des membres du Fatah du président Mahmoud Abbas, ainsi que des membres du mouvement islamiste.

Interrogé pour savoir si Paris réclamait toujours en préalable à tout contact avec le Hamas la renonciation à la violence, la reconnaissance d'Israël et la reconnaissance des accords passés entre l'Etat hébreu et les Palestiniens, M. Chevallier a mis en exergue le fait "qu'il y a un élément absolument majeur : c'est la renonciation à la violence", laissant entendre que la France privilégiait cet aspect.

Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a proposé lundi au mouvement Hamas la formation d'un gouvernement "d'entente nationale" qui organiserait des élections législatives et présidentielles simultanées.

Cette proposition est intervenue au lendemain du cessez-le-feu proclamé séparément à Gaza par Israël et le Hamas, après une offensive israélienne de plus de trois semaines qui a fait plus de 1.300 tués parmi les Palestiniens.

Le gouvernement palestinien a déjà été dirigé par un Premier ministre du Hamas, Ismaïl Haniyeh, après une victoire aux législatives du mouvement palestinien en janvier 2006.

Ce cabinet été boycotté financièrement et diplomatiquement par la communauté internationale, le Hamas figurant sur la liste des organisations terroristes de l'Union européenne et des Etats-Unis.

Après 18 mois de coexistence houleuse, il a été limogé en juin 2007 par le président Mahmoud Abbas quand le mouvement islamiste a pris le contrôle de la bande de Gaza après un coup de force contre le Fatah.

Depuis, le président Abbas ne contrôle plus que la Cisjordanie. Un dialogue de réconciliation Fatah-Hamas prévu en novembre n'a pas eu lieu.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.