Accéder au contenu principal

"Jeudi noir" en perspective dans les services publics français

Les services publics des transports, des hôpitaux et de l'éducation risquent d'être perturbés, ce jeudi 29 janvier, malgré l'instauration d'un service minimum. L'appel à la grève, lancé par tous les syndicats, pourrait être très suivi.

Publicité

AFP - Le nouveau secrétaire général de l'UMP Xavier Bertrand a reconnu lundi que le mouvement de grève et de manifestations prévu jeudi pouvait être "important" et "vraiment suivi" car il constitue "une forme de réponse pour les salariés" face à la crise.

"Je pense que ce mouvement de grève jeudi prochain peut être important, peut être vraiment suivi parce que c'est une forme de réponse pour les salariés face à cette crise importante qui n'est pas comme les autres", a déclaré M. Bertrand sur France 2.

"Les salariés veulent être entendus, ils veulent être respectés dans leurs entreprises, dans la société en général, et je pense que c'est cela qui motive l'action de nombreux salariés et qui fera que ce mouvement peut être important", a-t-il ajouté.

L'ancien ministre du Travail a rappelé que le service minimum serait "appliqué" lors de cette journée, notamment le principe "très clair" selon lequel "si on fait grève on ne travaille pas et si on ne travaille pas on n'est pas payé".

"Il n'est pas possible que le service public soit l'otage de quelques-uns seulement", a-t-il prévenu citant le syndicat Sud qui, dans le conflit social gare Saint Lazare a décidé de "contourner les choses en faisant grève juste 59 minutes de façon à ce qu'on ne retienne pas une journée complète" de salaire.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.