Accéder au contenu principal
IRAK

La justice américaine met fin au contrat de Blackwater

3 min

À deux jours des élections provinciales qui doivent se tenir en Irak, la justice américaine a annulé, à la demande du Premier ministre Nouri al-Maliki, le contrat liant la société privée de sécurité Blackwater à l'armée américaine.

Publicité

Lisez notre article "Des soldats malades accusent des sous-traitants américains"


AFP - A deux jours des élections provinciales, l'Irak a annoncé jeudi la fin du contrat de la société de sécurité Blackwater, symbole de l'entrée des sociétés privées dans les guerres au XXIe siècle et visée par la justice pour une fusillade ayant tué des Irakiens en 2007.

"Le contrat est terminé. Il ne sera pas renouvelé sur ordre du ministre de l'Intérieur (...) à cause de l'incident de la fusillade en 2007", a déclaré à l'AFP le général Abdel Karim Khalaf, porte-parole du ministère irakien de l'Intérieur.

"C'est déjà fait", a ajouté le général Khalaf, interrogé sur la date à laquelle l'autorisation d'excercer n'aurait plus cours.

"Blackwater a essayé par tous les moyens de contourner notre décision, mais nous avons dit: Non !", a souligné M. Khalaf.

Cette annonce intervient deux jours avant des élections provinciales cruciales dans lesquelles le Premier ministre Nouri al-Maliki, dont la liste est donnée favorite, s'est fortement impliqué.

Après la mort en septembre 2007 d'Irakiens dans une fusillade à Bagdad impliquant Blackwater, Nouri al-Maliki avait réclamé, sans succès, le départ de la société américaine.

"Nous avons été informés" de la décision irakienne, a indiqué à l'AFP un responsable de l'ambassade des Etats-Unis à Bagdad.

"Nous travaillons avec le gouvernement irakien et avec nos prestataires pour gérer les implications de cette décision", a ajouté ce responsable.

Blackwater est la plus grande entreprise privée de sécurité utilisée par les Etats-Unis en Irak. Ses agents assurent notamment la protection du personnel de l'ambassade américaine à Bagdad.

Créée en 1997, la société s'est fait vraiment connaître avec la guerre en Irak et la gestion de l'ouragan Katrina aux Etats-Unis.

Mais le 16 septembre 2007, une fusillade était survenue à un carrefour très fréquenté de l'ouest de Bagdad, au passage d'un convoi diplomatique américain escorté par des employés de Blackwater. Cinq d'entre eux sont accusés par la justice américaine d'avoir tiré sur des civils irakiens désarmés, tuant 14 personnes selon l'enquête américaine, 17 personnes selon l'enquête irakienne.

Les cinq agents de Blackwater ont plaidé non coupable des 35 chefs d'accusation dont ils doivent répondre. Leur procès doit s'ouvrir le 29 janvier 2010.

S'ils sont reconnus coupables, ils encourent jusqu'à dix ans de prison pour chaque homicide, et surtout 30 ans de prison pour infraction à la réglementation des armes.

Un sixième employé de Blackwater a plaidé coupable de tentative d'homicide en décembre.

L'incident avait provoqué l'indignation en Irak, où le gouvernement a déclaré qu'il se réservait le droit de poursuivre de son côté les six hommes.

"Maintenant, je me sens mieux. C'est une revanche pour toutes les familles des victimes. Ce sont des criminels et nous ne voulons pas de criminels dans notre pays", a déclaré à l'AFP Afrah Abbas, dont la mère est morte dans la fusillade.

Depuis le 1er janvier, conformément à l'accord de sécurité signé entre les Etats-Unis et Bagdad, les salariés des sociétés de sécurité étrangères peuvent être poursuivis par la justice irakienne.

Ces sociétés emploient près de 100.000 personnes (agents, cuisiniers, chauffeurs, etc) en Irak, où sont stationnés 142.000 soldats américains.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.