Accéder au contenu principal

Loeb accentue son avance

Vainqueur de la dernière édition, Sebastien Loeb continue de creuser l'écart sur son poursuivant et co-équipier, Dani Sordo qui est à 1 minute et 9 secondes du Français. Les deux Citroën sont déjà loin devant, après six spéciales.

Publicité

AFP - Sébastien Loeb a creusé l'écart sur Dani Sordo, 2e à 1 minute 9 secondes, et les Citroën C4 officielles occupaient toujours les deux premières places du rallye d'Irlande, samedi soir à Sligo, loin devant Mikko Hirvonen (Ford Focus), après six spéciales bien arrosées.

Les 133 km chronométrés de samedi n'ont rien changé à la donne puisque Loeb a continué à aligner les temps scratch: cinq sur six (ES9 à ES11, puis ES13 et ES14), comme vendredi. Seule exception à la règle, l'ES12 où un petit passage dans l'herbe très verte de ce coin d'Irlande lui a coûté une poignée de secondes.

"En fait, on a "décoincé" un pneu arrière. L'arrière de la voiture s'est un peu appuyé dans l'herbe, de 30 cm seulement, de la terre s'est mise dans la jante et ça s'est mis à vibrer. Alors on a roulé plus doucement jusqu'au bout de la spéciale, puis on a mis la roue de secours", a raconté le quintuple champion du monde.

Dans la même spéciale (Sloughan Glen, 27,76 km), Sordo a calé dans une épingle et sa C4 a mis un peu de temps à redémarrer. Du coup, Hirvonen a signé son premier temps scratch et oublié un peu les problèmes de direction assistée lui ayant fait perdre du terrain en début de journée.

Le vice-champion du monde 2008 pointait samedi soir à deux minutes et demie de Loeb mais ne se donnait "aucun espoir" de revenir à la régulière sur les C4 d'usine. Quant à Jari-Matti Latvala et Urmo Aava, sortis vendredi, ils ont repris la course pour glaner quelques points.

 

48e victoire en vue

Vainqueur du dernier rallye d'Irlande en 2007, Loeb a donc continué sa balade sous une pluie battante. Pendant ce temps, dans les autres C4, Sordo se demandait comment son chef d'équipe arrivait à rouler aussi vite dans de telles conditions et Sébastien Ogier, le vainqueur du dernier Monte-Carlo, arrachait son pare-chocs avant.

"Sur un freinage raté (dans l'ES9), on s'est posés bêtement sur un petit talus, mais rien de grave", a raconté le champion du monde Junior-WRC. "On a galéré pour repartir et ma portière ne fermait plus, alors j'ai dû faire le reste de la spéciale en la tenant d'une main." Bilan: deux grosses minutes perdues et encore de l'expérience gagnée, à la dure.

"Ici il y a énormément d'informations à mettre dans les notes. C'est normal qu'on en oublie quelques-unes", a aussi dit Ogier dont la glissade a fait les affaires de Chris Atkinson. Très constant samedi et de plus en plus performant, l'ex-pilote Subaru a commencé à comprendre le fonctionnement de la C4 et visera dimanche la 4e place d'Henning Solberg (Ford Focus).

"Heureusement qu'on a ces pneus neige, sinon ce rallye serait un désastre", a souri l'Australien de 29 ans, néo-membre du Citroën Junior Team. Dimanche, il ne devrait pas en avoir besoin car la météo annonce le retour du beau temps sur les 50 derniers kilomètres chronométrés. Un rayont de soleil pourrait bien éclairer la 48e victoire, de plus en plus probable, du grand maître du WRC.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.