Accéder au contenu principal
MADAGASCAR

Nouvelle manifestation à l'appel du maire d'Antananarivo

2 min

Au moins 2000 personnes sont rassemblées à Antananarivo, à l'appel d'Andry Rajoelina, le maire de la capitale pour une nouvelle manifestation de contestation du gouvernement en place. Depuis lundi, au moins 68 personnes ont été tuées.

Publicité

Retrouvez sur le site des Observateurs : "Pillages à Madagascar, notre Observateur raconte"

  

AFP -Environ 2.000 manifestants étaient réunis samedi matin, à l'appel du maire d'Antananarivo Andry Rajoelina et contre le régime, sur une place historique de la capitale malgache où des gendarmes ont essuyé des jets de pierres, a constaté un journaliste de l'AFP.

Arborant T-shirts et casquettes orange du mouvement du maire, les premiers manifestants attendaient sa venue en écoutant de la musique sur la place du 13 mai, haut lieu de la contestation malgache situé au milieu de l'avenue de l'Indépendance.

Peu après 09H00 (06H00 GMT), une voiture et deux camions de la gendarmerie, remplis d'hommes en tenue anti-émeute, ont fait leur apparition sur l'avenue de l'Indépendance.

Plusieurs centaines de partisans du maire se sont alors dirigés vers eux.

Tandis qu'un gendarme venait à leur rencontre pour dialoguer et que certains de ses collègues faisaient le V de la victoire sous les applaudissements, des jeunes manifestants leur ont jeté des pierres, provoquant leur départ précipité.

La capitale malgache a connu deux rassemblements cette semaine: le premier lundi avec plusieurs dizaines de milliers de personnes a dégénéré en pillages et incendies volontaires de magasins. Le second mercredi, plus modeste, s'est déroulé et dispersé dans le calme.

Au moins 68 personnes selon la gendarmerie ont été tuées à Madagascar depuis lundi.

Le maire de la capitale s'est imposé en un peu plus d'un an comme le principal opposant au président Marc Ravlomanana.

Doté d'un sens de la communication réel, il a su capitalisé les frustrations des malgaches concernant la baisse de leur pouvoir d'achat et la restriction de la liberté de parole dans la Grande Ile de l'océan Indien.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.